TEMPSMODERNEunderdefeatjacket

Alors que la Xbox 360 s’est imposée depuis quelques temps comme support de prédilection des shoot’em up grâce à l’éditeur Cave, grand spécialiste du shooter de l’extrême, voici que Rising Star Games nous gratifie du portage HD d’un shmup pas comme les autres qui a su faire son trou (de balle) (…) il y a sept ans tant en salles arcade que dans les salons, pour peu que vous fassiez partie des heureux possesseurs de la mésestimée Dreamcast. Cette fois-ci, pas de discrimination, ça sort sur Xbox 360, mais la PS3 est aussi de la partie ! La seule question qui reste donc à se poser est la suivante : Under Defeat a-t-il droit à une seconde jeunesse, ou est-ce que ce lifting HD sent le botox ? C’est ce que nous allons voir ensemble immédiatement.

A la G-Rev comme à la G-Rev !

Gros boss, bullets en bordel organisé, pas de doute, on est bien dans un shmup à la croisée des siècles...

Gros boss, bullets en bordel organisé, pas de doute, on est bien dans un shmup à la croisée des siècles…

G-rev ne sort pas de nulle part, et a pris l’habitude de bosser sur du shooter atypique. Lorsqu’ils étaient des petits jeunes de la section arcade de Taito, ils avaient pu travailler sur Raystorm, qui portait déjà leur patte : des graphismes « réalistes » orienté 3D, une prise en compte de deux plans de profondeur façon Xevious gérable respectivement via le lock et le shot, audacieux sans pour autant retourner les codes du genre. Suite à un désaccord avec la politique Taito et leur décision d’abandonner l’arcade, les petits jeunes se font la malle et forment donc G-Rev, un studio qui fait ses armes pour Treasure en participant au légendaire shooter chromatique Ikaruga, pour ensuite bosser sur Gradius V de Konami. Leur amour du shmup classique et leur volonté de faire péter les limites du genre aux coutures se ressent clairement lorsqu’on observe leur parcours. C’est donc sans surprise qu’ils accouchent d’une petite perle avec Border Down, leur premier shoot’em up sorti sur Dreamcast : audacieux de par son système punitif de parcours parallèles, difficile, nerveux, s’appropriant certains effets de mise en scène visibles dans Ikaruga ainsi que son esthétique 3D, bien dans le ton du shooter de l’époque marqué par l’émergence dans les 90’s du Danmaku – vous savez, ces fameux shoot’em up à vous faire perdre des points de santé mentale tellement les bullets à l’écran sont nombreuses, et donc la difficulté et le scoring system font saigner du nez – auquel ils emprunte une tendance à l’avalanche de bullets et à la difficulté pas piquée des hannetons, tout en réussissant à garder un feeling résolument classique. Bref, un shooter classico-moderne, pour faire dans le raccourci peu élégant. Après un VS Shooting Senko no Ronde tout à fait surprenant et jouissif, ils offrent au monde un nouveau shoot’em up singulier, ayant intégré à la fois les arcanes du shooter old-school ainsi que celles du shmup contemporain, succédant en cela à Border Down. Original, moderne et classique à la fois, Under Defeat est un nouveau coup de maître, bien que non exempt de défauts. Si une fois de plus la difficulté est au rendez-vous (sans être rédhibitoire non plus) et que l’on sent bien l’influence des shooters contemporains, avec Under Defeat, G-Rev s’accorde un pied de nez au climat ambiant en osant s’affranchir de certains aspects semblant faire partie de l’ADN même du genre. Audacieux, ces petits gars, et généreux avec ça ! Si vous ne me croyez pas, voyons ça en détail ! 

1 réponse

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *