TEMPSMODERNESOLLIcover

 

Il y a quelques mois a débarqué sur les consoles Sony OlliOlli, un jeu de skate à l’apparence de « petit jeu bien sympa » avec ses graphismes pixel art, son rythme rapide, sa dimension arcade et scoring clairement revendiquée, comme on en voit pas mal en ce moment au final, maintenant que le retro et l’indé a le vent en poupe. Et si, comme ça, une petite demi heure, ils font du bien, et se mangent sans faim, ce n’est qu’en insistant un poil qu’on peut distinguer les vraies pépites. Des jeux comme LuftHausers révèlent rapidement leurs limites et lassent au bout de quelques heures, d’autres comme Volgarr, ce croisement entre Rastan et Gods qui réussit à dépasser ses ainés en puterie et en excellence, s’avère une petite bombe qui ne révèle son potentiel qu’une fois la séduction première passée, et la rancoeur des morts à répétition digérée. A quelle catégorie appartient OlliOlli ? Mais profitons de la semaine spécial Skate chez LSR et de son arrivée sur Steam pour répondre à cette question toute rhétorique, en vous présentant un jeu qui tiendra assurément une place de choix dans l’histoire d’un genre tombé en décrépitude…

Tony l’Aiglon

Tony Hawk sur next gen, cool... sauf qu'on s'en fout un peu, non ?

Tony Hawk sur next gen, cool… sauf qu’on s’en fout un peu, non ?

On a tous flirté durant notre jeunesse de gamer avec la série des Tony Hawk’s, fleuron de l’arcade surréaliste particulièrement jouissif mais qui malheureusement n’aura pas encaissé le passage à la Last Gen. Cette série en était même devenue implicitement la référence en matière de skate vidéoludique et devint par extension le modèle de la plupart des jeux de glisse typés arcade, qu’ils soient urbains, sauvages ou enneigés (et pour plus de détails sur l’histoire et l’évolution des sports de glisse, je vous renvoie au dossier très complet de notre Flbond national). Mais cette interchangeabilité pose une question : peut-on parler, sinon de simulation, ne serait-ce que de jeu de skate avec Tony Hawk, même surréaliste ? Pour peu que l’on ne se laisse pas abuser par l’ostensible habillage sous forme de fan service, ses spectaculaires vidéos en guise de bonus, force est de constater que si Tony Hawk est une petite perle de l’arcade, la place du skate dans son microcosme ne dépasse pas la dimension plastique. Les sensations, bien présentes, n’évoquent en rien l’activité dont le jeu se revendique, le gameplay et en particulier la façon d’enchaîner les figures se rapprocherait plutôt d’un Bust a Groove  – c’est à dire rentrer les combinaisons à toute blinde avant de retoucher le sol .

Skate d'Electronic Arts, ou la série qui a tenté de remettre le skate au centre du débat.

Skate d’Electronic Arts, ou la série qui a tenté de remettre le skate au centre du débat.

La série Skate d’Electronic Arts aura flirté de plus près avec la pratique en question, offrant une maniabilité au stick analogique incitant le joueur à faire corps avec la planche, abandonnant le système de combo de touches pour quelque chose de plus intuitif et plus en adéquation avec la pratique du skate, même si le coté arcade est bien évidemment très présent – non parce que bon, si c’est pour galérer autant que dans la vraie vie pour rentrer un Olli… -. C’est d’ailleurs cette dernière qui prendra le pas sur la série du père Tony durant le règne de la Next Gen – oui, je dis toujours Next Gen pour parler de la génération PS3/X360, c’est devenu une sorte de nom propre, de désignation figée dans le temps, mon coté réac, quoi! -, cette dernière peinant à se renouveler depuis un bon moment, et Skate apportant des sensations réellement nouvelles, et surtout réellement propres au skate. Il est important de poser le contexte et la relation à la planche dans les jeux de skate pour bien comprendre ce qu’apporte OlliOlli.

4 réponses
  1. Le serpent
    Le serpent dit :

    Ah carrément !
    Bon ben il se place sur ma liste de ma deuxième vie (car oui j’ai compter, pour jouer à tout ce que je veux il me faut 8 vies)

    Répondre
    • Toma Überwenig
      Toma Überwenig dit :

      L’avantage des jeux pensés pour consoles portables est qu’ils permettent ces petites sessions dans le train ou le metro, et donc, il y a moyen d’économiser une demi vie, en exploitant savamment son temps libre^^!

      Mais c’est vrai qu’entre la musique, les articles, le taf, et mes loisirs personnels (l’ésotérisme, les tortures péruviennes, le cinéma (ah, les films d’horreur des 70’s, qu’est ce que je les aime!!)…etc), une petite dizaine de vies, ce ne serait pas du luxe!!

      Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] gaillards de Roll7 se sont imposé avec force et élégance via l’excellent OlliOlli, mariage étonnamment efficace entre arcade, pixel art et simulation de skate avec une grosse […]

  2. […] [TEMPS MODERNES] OlliOlli : un coeur de skater { […] a tous flirté durant notre jeunesse de gamer avec la série des Tony Hawk’s, fleuron de l’arcade surréaliste particulièrement jouissif mais qui malheureusement […] } […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *