Bubble Bobble est … un… mix entre Denver et des dragibus. Deux lutins transformés en dragons vont devoir partir au secours de leurs dulcinées,  en  parcourant une multitude de stages fermés, bien évidemment semés d’embuches et de monstres trop choupi-kawai sanguinaires. Ce jeu de plate forme sorti en 1986 (un excellent cru) est édité par Taito et sera la base de l’univers d’un autre jeu qui n’aura pas inspiré que Young MC : « Bust-a-Move » (« Puzzle Bobble », au pays du soleil qui monte). Ce jeu qui aura martyr…bercé mon enfance mérite, de par son statut de classique, un petit retour sous les feux des projecteurs.

Chiptune vous avez dit Chips Thune ?

Ça n’a pas encore commencé que ça sent déjà la guimauve.

Alors certes commencer par parler du thème musical du jeu avant de parler du jeu en lui-même n’est peut être pas ce qu’il y a de plus conventionnel, j’en conviens. Mais techniquement lorsque vous lancez le jeu vous tombez directement sur ça. Et ce « ça » durera touuuuuuuuuuuuuuuut le jeu.  J’ai qu’un exemple qui me vient à l’esprit pour décrire  l’effet de cette musique, c’est celle de l’attraction des poupées à Disneyland « It’s a small world » ,avec ce thème qui tourne en boucle et vous fait progressivement fondre le cerveau. La musique de Bubble Bobble c’est le caractère addictif de ce thème (dans le sens que vous le garderez dans la tête tant que vous ne ferez pas un formatage c:\mental) mais en CHIPTUNE.  Pour ceux qui auraient hiberné (ou ne serai pas nés) durant les années 80-90, le Chiptune est une musique électronique générée en temps réel par un ordinateur où en l’occurrence ici une puce audio. Et malgré le peu de tons et de pistes exploitables simultanément sur les vieilles consoles, les auteurs arrivaient à produire de petits bijoux sonores dont Bubble Bobble fait indéniablement parti. Ce thème sera  votre seul ami auditif durant l’intégralité du jeu et vous apprendrez à l’aimer en version lente parce que quand il passe en version rapide c’est que ça pue.

It’s the beginning of a fantastic story : You’re going to die !

Vous êtes deux, ils sont mille. Courage !

Voila comment vous êtes accueillis dans le jeu (avec traduction inside pour les english haters): « C’est le début d’une histoire fantastique ! C’est parti pour une journée à la cave aux monstres ! Bonne chance ». Minimaliste ? Clairement ! Efficace ? Indubitablement ! Inutile ? Ouai aussi… Suite à cette merveilleuse intro qui donne vraiment envie d’aller au casse pipe, vous êtes bullé directement dans le premier niveau de cette fameuse cave qui n’en comporte pas moins de 100 et des poussières. Comme j’ai pu le préciser plus haut, vous êtes des lutins/enfants transformés en dinosaures distributeurs de bulles qui se font transporter de niveaux en niveaux à chaque fois qu’ils y ont exterminé toute la vermine qui s’y trouve. Ces bulles sont votre principale arme, tel un sniper, vous allumez à distance les mobs pour les enfermer à l’intérieur, il ne vous reste plus qu’à les achever fourbement avec vos laguioles dorsaux. Au delà de leur puissance d’attaque, vous avez la possibilité de rebondir en sautant sur vos bulles, permettant ainsi de se déplacer dans le niveau, d’atteindre des points élevés ou de se sortir du level design piégeur. C’est là où réside toute la finesse du gameplay, deux boutons:  Sauter – Buller!

6 réponses
  1. Bloodevil
    Bloodevil dit :

    Super test, vraiment !
    Et ça me rappelle tellement de souvenirs, c’est un de mes tout premiers jeux ( l’adaptation Gameboy qui est vraiment sympa, d’ailleurs c’est un portage fidèle ? ), j’ai passé des heures et des heures à lutter pour passer certains niveaux et certains boss … Un jeu sacrément hardcore en tout cas !
    Et puis ce gameplay si ingénieux, les pics du dos des persos pour crever les bulles, le fait qu’on puisse rebondir sur sa propre bulle avec le bon timing … En plus j’suis sûr que ça a pas trop mal vieilli non ?

    Répondre
  2. Nayandou
    Nayandou dit :

    Franchement bravo pour ce test ! Surtout que j’ai appris que tu venais tout juste d’intégrer l’équipe des rédacteurs ^^

    Tu as réussi à me donner envie d ‘essayer ce jeu et crois c’est pas facile !

    Bravo ^^

    Répondre
  3. Le serpent
    Le serpent dit :

    Yop tout le monde !
    Personnellement je n’ai jamais jouer à cet épisode, contrairement aux « puzzle » bobble, en arcade !
    Du coup il me tente bien ^^, 13 euro en complet et bon état sur Master System, tu en pense quoi Garr ?

    Et vraiment je suis derrière Elemuse : bravo pour un premier article !

    Répondre
  4. Garr
    Garr dit :

    Merci beaucoup pour tous ces compliments, c’est un jeu qui me tient particulièrement à cœur puisque l’un des premier auquel j’ai eu l’occasion de jouer dans ma vie de gamer et pas trop de raisons de se plaindre au vu de la qualité du soft.

    Pour répondre à vos questions :

    – @Bloodevil: il me semble que toutes les versions sont identiques à quelques points prêt, notamment la qualité sonore (différente selon les puce audio) et quelques points de design, sinon le déroulement est le même. Si ça a vieilli? Absolument pas. J’ai pu m’y essayer en coop sur émulateur avec un ami, on y a passer une soirée entière à se fendre la poire jusqu’au boss de fin ^^.

    – @Le serpent: Je pense que tu peux t’y essayer gratuitement à cette adresse http://www.1980-games.com/us/old-games/nintendo/b/Bubble_Bobble/game.php. Personnellement je n’ai joué qu’à la version NES (ou des émulations de cette version) et elle est vraiment parfaite, mais ça peut valoir le coup sur Master System aussi si tu accroche après l’avoir testé.

    Encore merci pour tous vos compliments et encouragement, je ferai en sorte de conserver ce niveau lors de mes prochaines publications ^^.

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *