[TEST] Captain Novolin, I am Bread, I am Insuline, I am super diabétique.

CN1

Le jeu vidéo est fait pour les agressifs, les associaux et les nazis, tout le monde le sait. Et si on enlève le filtre TF1, ce média sert principalement à s’amuser dans des genres et univers différents. Mais le jeu vidéo peut parfois avoir une vertu éducative et certains corps de métiers l’ont compris. Parmi eux, les médecins ont eu l’idée dans les années 1990 de faire de la prévention pour des causes importantes, le tout de manière ludique. Captain Novolin fait partie des tentatives et prend la forme d’un jeu de palteforme/prévention sur le diabète. Mais est ce vraiment la bonne manière de faire?

DE LA PRÉVENTION

CN2Captain Novolin est dédié au diabète, se concentrant principalement sur celui de type 1 (ou insulino-dépendant). Cette maladie se traduit par la destruction des îlots de Langerhans, conduisant à un défaut d’insuline dans le corps et le patient possédant une énorme faim et soif. Ce dernier devra s’injecter de l’insuline régulièrement (par seringue ou pompe) et jauger sa glycémie par le biais des repas équilibrés, en évitant les choses sucrées. Dans Captain Novolin ça se traduit par une phase de pré-jeu spécialement informative. Dans les différents moment de la journée vous devrez vous injecter la dose exacte d’insuline pour ne pas tomber en hypoglycémie, et suivre les conseils de nutritionnistes pour être le plus en forme possible avec la bonne glycémie. De plus, ce n’est pas seulement du texte a oublier après, le jeu sera orienté autour de ces aliments voulus. Et comme tout jeu informatif qui se doit, les niveaux sont entrecoupés de questionnaires auquel répondre si l’on veut avancer. Cela va des habitudes alimentaires aux pratiques sportives, en passant par les recommandations médicales en cas de problème (hypoglycémie par exemple), et seront à retenir pour battre les boss du jeu. A l’inverse tout ce qui sera relatif au sucré sera à proscrire.  Toutes ces informations sont la base même du titre et ont bénéficié d’un traitement quasiment parfait. Mais vu que Captain Novolin est un jeu Super Nintendo, voyons voir cette partie ludique.

DE L’ACTION

captain-novolin-21Car oui, il faut également attirer le joueur qui sommeille en chaque diabétique. Après les recommandations de repas et le dosage d’insuline, le héros passe à l’action dans ce qui s’apparente à un jeu de plate-forme. Le président des Etats Unis a mis en alerte la nation entière, sur la venue d’extraterrestre peu communs. Leur arme ultime est de corrompre les enfants en leur faisant ingérer le plus de sucre possible. Une fois leur invasion commencée, seul un héros peut les arrêter, le seul super héros diabétique : Captain Novolin. Notre héros évolue donc en ville dans différentes périodes de la journée. contre la vermine glycémique. Plus précisément, tous les ennemis sont le fléau d’une alimentation équilibré, prenant la forme de donuts/verre de soda/beignets. Si vous touchez leur carapace non diététique c’est la fin, vous êtes K.O.  Vous devez donc slalomer et rétablir l’ordre dans les différents environnements, d’autant plus que votre repas indiqué plus tôt devra être récolté, celui ci se rajoutant a votre barre de santé. En général le tout se révèle assez linéaire, mais pour le publique visé, à savoir les enfants le tout est assez coloré et se résume en peu de commandes. Sur la fin sur les combats contre boss se feront sous forme de questions dont les réponses seront à récupérer dans les recoins. Ça reste un jeu de plateforme 16 bits, avec un background scientifique. Que demander de plus? Moins de défauts.

DE LA REUSSITE ?

CN3Captain Novolin est bien pensé mais mal fini. Par là j’entends que sur les deux points précédents (prévention et jeu) on sent le titre sorti à la va vite. Côté prévention le jeu est fourni mais oublie des choses. Par exemple le fait de se tester et de s’injecter de l’insuline est laissé à la libre appréciation de l’enfant (côté santé on a vu mieux). Certains avis des nutritionnistes sont aussi très bizarres, et ce notamment à cause de la traduction Française. Par exemple au petit déjeuner vous serez ravis de pouvoir manger du « rôti » avec du « buerre d’arachides », le même rôti que vous devrez manger à chaque repas. Enfin, quelques réponses sur le diabète sont bizarres, comme le fait de faire du sport pour stopper une hypoglycémie. Un peu embêtant pour un jeu sur le diabète. Côté jeu les défauts sont aussi présents. Les ennemis rencontrés sont gigantesques, et bougent de manières aléatoire. Le joueur est donc perdu et va se faire toucher plus d’une fois, et éviter les gâteaux tient de l’exploit.  Mais la cerise sur le gâteau est que le héros peut tomber en hypoglycémie, à savoir s’évanouir sur le sol.  En effet, si vous pensez que foncer vers la fin du niveau soit la meilleur méthode, changez la de suite car si vous ne prenez pas les aliments nécessaires sur le chemin, c’est la fin. A l’inverse, prendre absolument tous les aliments sur places sera dangereux, car vous n’aurez pas mangé quelque chose d’équilibré et le niveau sera terminé. Le plaisir est donc très limité, et le public jeune auquel s’adresse Captain Novolin risque de se détacher très vite de la console.

I Am Bread

iab

De nos jours, plus de considération morale sur la santé de nos chérubins, nous contrôlons maintenant la nourriture elle même. Fait par les développeurs de Surgeon Simulator, I Am Bread vous met dans la peau d’une…tranche de pain. Le « savoir faire » des développeurs se voit dès le début du jeu. Vous contrôlez une tranche de pain par ses quatres coins (un bouton pour chaque) et le but est d’atteindre le toaster au bout d’une pièce. Cuisine/salon/salle debains, la difficulté augmente avec le temps…comme si le jeu n’était pas déjà assez difficile. En effet déplacer la tranche de pain est une règle de sang froid en soit, et si l’on tombe par terre, la tranche devient non comestible. Le principe est sympa pour un court temps, mais sur la durée on a juste envie de passer à autre chose.

Les jeux vidéos et le rapport à la santé sont des sujets difficilement conjugables. Captain Novolin a tenté de manier l’information et la plateforme mais se plante sur plusieurs points: des informations tronquées, un gameplay étrange, une trop grande difficulté, … Les plus jeunes seront lassés et les plus gros joueurs ne toucheront pas au titre. Pensez a emmener vos enfants chez le médecin s’ils sont diabétiques, ça vaudra mieux

 

Flbond

Badge Pour les fans

Informations sur le jeu

Plateforme :  SNES

Genre :  Educatif

Développeur : Raya Systems

Éditeur : Sculptured Software

Date de sortie : 1992

1 réponse

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *