Château Vania, cuvée 2035

"Garçon, je vais prendre un filet de Soma bien cuit sauce Manticore. Merci !"

« Garçon, je vais prendre un filet de Soma bien cuit sauce Manticore. Merci ! »

Sans surprise, Aria of Sorrow respecte la fidèle lignée des précédents Castlevania sortis sur Game Boy Advance. Nous voici donc à l’assaut du château de Dracula avec notre b*** et notre couteau, le joueur étant libre d’explorer le château à sa guise. Toutefois, il faudra attendre d’acquérir de nombreux power-up pour atteindre toutes les zones. Malgré ce sentiment de liberté, nous nous sommes pas dupes : le jeu suit bel et bien une progression linéaire qui oblige le joueur à explorer puis affronter les boss dans un ordre défini. Sans grand dépaysement, on retrouve des environnements bien connus (encore cette fichue Tour de l’Horloge) et d’autres uniques comme le Jardin Flottant. Là où Aria of Sorrow commence à se démarquer, c’est qu’il est l’un des rares Castlevania où l’on incarne un héros hors lignée Belmont. Et c’est plutôt une bonne chose puisqu’on range enfin le fouet poussiereux pour équiper des épées magiques, cestes, marteaux, pistolets… bref un peu de modernité. Comme dans le vénéré Symphony of the Night, on trouve des accessoires, armes, armures au fur à mesure qu’on explore la demeure (ou qu’on s’y perd). Castlevania AoS nous promet donc du bon A-RPG en 2D avec une formule bien maîtrisée puisqu’il s’agit du troisième épisode sur la console. Toutefois, il est inévitable de retrouver les mêmes ennemis ; pompés de jeu en jeu avec les mêmes patterns et les mêmes faiblesses (on sait que les squelettes sont sensibles au feu et aux marteaux)… Et ça, c’est sans compter sur des décors recyclés sans vergogne (coucou l’Arène). Heureusement, les développeurs ne manquent pas d’idées et une partie du bestiaire fait peau neuve même si l’on déplore un manque de finesse sur certains sprites comme le Boucher. Dans le feu de l’action, on y prête moins attention puisqu’on prend du plaisir à farmer les suppôts de Dracula pour faire remplir notre jauge d’expérience.

Des âmes utiles et d'autres... non

Des âmes utiles et d’autres… non.

Parmi les nombreuses zones, l’entrée du château sera principalement le seul endroit qui va permettre de prendre du repos bien mérité. On retrouvera donc aux murailles du château : Mina, qui restaurera HP et MP tout en nous donnant des conseils et Hammer l’ex-militaire rencontré plus tard dans le jeu qui fera office de marchand. Pour remplir sa bourse d’or et devenir le plus fidèle client d’Hammer, on pourra compter sur les sacs d’argent laissés mystérieusement par Dracu’ et les chandeliers à briser qui vont lâcher des pièces seulement si vous avez une barre de magie pleine. Dans le cas contraire, on aura droit à des petits cœurs qui vont restaurer un peu la barre de magie. Et comme plus on est de fous, plus on rit, d’autres amis se promeneront dans les couloirs de Castlevania comme la toute belle Yoko qui n’est autre que la descendante de la famille Belnades (Castlevania III). Ce sera également l’occasion de croiser Jai-une-tete-de-boss-final aka Graham Jones qui, derrière son aspect de prêtre d’église, flippe des pouvoirs de Soma. Et il y’a de quoi car – ATTENTION JE SPOILE –  Soma est la réincarnation de Dracula. Scoop ? Malgré ce fabuleux twist, il est difficile d’expliquer concrètement pourquoi il hérite du pouvoir des Ténèbres. Malgré de nombreuses recherches, il faut croire que tout n’est dû qu’au hasard et Konami n’a pas daigné donner d’explications. Disons juste que Soma a joué au Loto et que ce veinard a gagné le gros lot…

4 réponses
  1. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    Excellent test, Vengeur Masquay, ça donne envie de replonger, tout ça!
    Je me souviens avoir eu l’impression de prendre un train en marche en faisant Dawn (justifiée, donc), mais une fois dans le chateau, c’est juste l’orgie de farming et la démesure (ces boss, purée!)
    Je n’ai pas fait les épisodes GBA, mais les trois épisodes de la grande DS m’ont procuré bien du plaisir!

    Répondre
  2. Le serpent
    Le serpent dit :

    Mon premier Castlevania était celui de la 64… Vous comprenez pourquoi je n’ai repris qu’avec lord of Shadow premier du nom ?
    Je me suis ensuite replongé dans la saga.
    Mais j’en suis pas encore à aria et Dawn. Mais bientôt !

    Bon test vengeurounet

    Répondre
  3. Flbond
    Flbond dit :

    Que dire, si ce n’est que j’ai adoré ce test dans ton pur style.
    J’avais choppé une claque sonore monumentale avec Circle Of Moon niveau sonore (j’ai passé de la GBC à la GBA avec), mais j’avais un peu laissé tombé face à l’aspect labyrinthe. Je vais me remettre à ça avec Aria&Dawn.

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *