L’histoire en mouvement

Des cut scenes dans la plus pure tradition PC-Engine

Des cut scenes dans la plus pure tradition PC-Engine.

Rondo of Blood, s’il reste relativement linéaire et dans la continuité de ses illustres prédécesseurs, propose bon nombre de chemins alternatifs, pavant ainsi la voie pour l’opus PS. La version remaniée redouble d’intentions à l’égard du joueur en lui offrant une quantité de bonus cachés considérable, incluant les morceaux de l’OST pouvant être rejoués ensuite à partir du menu, et donc la version originelle de Rondo of Blood et Symphony of the Night. Rondo of Blood, outre ses cut-scenes de toute beauté dans un style anime – un des fers de lance de la décidément très japonaise PC-Engine – et ses chemins alternatifs, offre quelques nouveautés bien senties en matière de gameplay. La première est la possibilité de dépenser une somme de coeurs considérable – qui ne représentent pas la santé, rappelons-le, mais le nombre d’utilisations restantes de l’arme secondaire – pour lancer une attaque spéciale particulièrement meurtrière spécifique à l’arme secondaire équipée, qui touchera tout l’écran. Vu le caractère implacable du timing nécessaire pour vaincre la plupart des monstres et des boss, elle s’avérera souvent salutaire.

Rondo of Blood n'a pas à rougir devant son remake, avec ses sprites massifs, son animation en acier trempé et ses graphismes fins et colorés.

Rondo of Blood n’a pas à rougir devant son remake, avec ses sprites massifs, son animation en acier trempé et ses graphismes fins et colorés.

La structure du jeu, avec ses nombreux embranchements et passages secrets – ainsi que sa difficulté bien cossue – fait que celui-ci ne soit pas pensé pour être torché en un run. Néanmoins, le retour sur ses pas ne fera son apparition qu’à l’épisode suivant, mais la visite exhaustive du jeu reste possible grâce au système de carte de sélection du stage proposée au lancement de la partie, là encore une nouveauté pour la série. C’est ainsi qu’au fur et à mesure des tentatives, le joueur débloquera des stages parallèles – avec l’apostrophe désignant en mathématique le « prime » et les guillemets pour le « seconde » -. C’est d’ailleurs à partir de cette carte que vous pourrez choisir Maria comme personnage, à condition bien sûr de l’avoir délivrée auparavant. Et la présence de cette dernière change grandement la donne, car son maniement est plus souple que le puissant Richter. Elle dispose d’un double saut particulièrement bienvenu, rendant le level design moins punitif, et le jeu globalement moins difficile d’accès. Son arme, des colombes qui se comportent en gros comme un boomerang, permet d’atteindre certains bonus en se positionnant habilement lors du retour de l’animal que Richter ne pourra tout bonnement pas toucher. Son influence sur les animaux lui octroiera des armes secondaires parfois surprenantes – se battre en lançant des chats, ça n’arrive pas tous les jours, vous admettez! -. Maria représente une excellente alternative pour qui serait rebuté par la difficulté conséquente du jeu et l’exigence du maniement de Richter, et le personnage d’exploration par excellence.

8 réponses
  1. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    Content que l’article vous plaise (et que Koreana pleure avec moi le départ de Shaft de chez South Park)!

    Et malheureusement, je confirme, il n’est pas sur le PSN. A voir sur le PSN étranger, peut-être ? (car, en tout cas pour la PS3 et la X360, il suffit de se créer un compte étranger et de le créditer pour avoir accès à leur contenu!)
    Néanmoins, on le trouve encore pour pas trop cher en umd, je crois.

    Répondre
  2. Alucardos
    Alucardos dit :

    Faut bien le dire, cet épisode était dur à crever… -_- Reste à savoir si la difficulté du remake était vraiment la même que le Rondo of Blood original ? En tous cas, je me suis bien cassé les dents dessus.

    Après, faut aussi se l’avouer : j’ai joué surtout pour débloquer Symphony of the Night. Compte tenu de son prix actuel en occasion sur PS1, acheter Dracula X pour profiter en plus de SOTN, c’est cadeau !

    Répondre
    • Toma Überwenig
      Toma Überwenig dit :

      En fait, pour tout te dire, j’ai eu l’impression que Rondo version originelle était plus dur!
      C’est probablement mon manque de pratique avec les Castlevania classique qui cause, mais là où j’ai réussi à finir le remake (avec la fille, hein, faut pas déconner non plus^^), Rondo s’est assis sur mon visage et a contracté les fesses pour me briser les pommettes et me faire perdre la vue!

      Mais oui, la grosse carotte au bout du chemin était de pouvoir débloquer (et je me répète, mais quel BONHEUR, à l’ère du DLC, de pouvoir débloquer du contenu à coups de skills! Et pas du pti contenu qui plus est, on parle quand même de Rondo of Blood et de SOTN!! Ah, générosité…)

      Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *