commando-cover-c64

Si pour le jeune né dans les seventies, l’affrontement entre un plombier moustachu amateur de psilocybes et un hérisson sous amphétamines (passant sous silence le crocodile de chez Amstrad et le… euh, c’était quoi déjà, la mascotte d’Amiga et d’Atari ?), le monde du muscle cinématographique se scindait lui aussi en deux : d’un coté, un evil-hippie torse poil au nez tordu qui plie des viets en surgissant de flaques d’eau campé par Stallone, de l’autre, un Schwarzenegger incarnant un molosse qui se balade avec un tronc d’arbre sur l’épaule, fait des calins à des biches, puis massacre une armée entière pour retrouver sa fille kidnappée par un Freddie Mercury obèse habillé d’une cote de maille. Oui, la lutte se jouait entre Rambo et Commando, tout simplement. Alors quand je me dévoue pour tester le jeu Rambo pour LSR, c’est plus fort que moi, presque un réflexe Pavlovien, impossible de résister, il FAUT que je teste le jeu Commando. Quoi ? C’est pas une adaptation du film ? Je sais, je sais… Mais outre le fait qu’il pourrait très largement trôner en tant que préquelle au film avec Schwarzie, j’ai plein d’excellentes raisons de vous parler de Commando, aussi connu sous le nom Senjō no Ōkami au pays du Hentai. La preuve, tout de suite.

Crache ta vapeur, salopard!

commando-compare-arcadeDans un contexte guerrier générique, le héros du jeu enquille les stages en massacrant sans vergogne quiconque se dresse sur son chemin. Et oui, moi, ça m’évoque la pirouette scénaristique du film éponyme avec laquelle le cadre est posé. « Tes anciens collègues se font buter, John (oui, il s’appelle John, John Matrix même, en fait, si ça transpire pas la testostérone et la classe un nom comme ça), on ne sait pas qui est coupable, ‘faut dire que tu t’es fait des ennemis un peu partout au cours de tes nombreuses missions« . Ca, c’est ce qui s’appelle du condensé d’information! Et du précis, aussi, hein, pas un nom, rien! Du coup, à chaque partie de Commando, je me plais à m’imaginer que j’incarne John Matrix dans l’une de ces fameuses « nombreuses missions ». Et comme la façon de régler le conflit cadre carrément avec le final épique du film, il ne m’en faut pas plus. Mais laissons là les parallèles entre ces deux fleurons de la culture populaire badass pour nous pencher plus spécifiquement sur le jeu, ce qu’il a à nous offrir.

Shoot’em down

TESTcommandopontNon, ce n’est pas de la pub pour ma (sublime) chronique sur le shoot’em up, mais un simple constat de mode opératoire. Car Commando s’inscrit en tant que précurseur d’un genre parallèle au shoot’em up, le Run & Gun. Et bon nombre d’éléments relient ces genres entre eux. Déjà, il se décline en Run & Gun horizontal, à la façon de Contra – ou Gryzor, pour les vrais, ceux qui l’ont découvert sur Amstrad CPC, avec d’ailleurs une page de présentation avec Schwarzy version Predator et Stallone façon rambo 2! -, de l’excellente et hardcore série Metal Slug, ou de son précurseur direct le sublime Gunforce 2, et Run & Gun vertical, façon Ikari Warrior. C’est à cette seconde catégorie que Commando appartient (et c’est délibérément et par simple caprice que je ne parle pas du run & gun 3D, c’est comme ça!). Il ne serait pas faux de considérer le Run & Gun comme un shoot’em up qui se serait dégagé de l’impérieuse dictature du scrolling forcé. En effet, dans le shmup, sauf cas exceptionnels et ponctuels, le tir est rectiligne, et orienté dans le sens du scrolling. Or, dans un Run & Gun, on canarde sec, et dans tous les sens, à plus forte raison lorsque celui-ci est vertical. Et c’est bien le cas dans Commando, huit axes de déplacement (le kit classique de l’époque, la croix directionnelle plus les diagonales) et autant d’axes de tir, voire plus, puisque lorsque notre bête de guerre sur pattes tourne sur elle-même en tirant, les salves arrosent l’angle de 45° couvert dans le mouvement ainsi effectué. Bref, dans Commando, ça tire pas à moitié. Car en plus du fusil d’assaut de notre combattant d’élite, celui-ci peut utiliser quelques grenades salutaires pour faire un peu de ménage de zone. En stock limité, on en trouve néanmoins quelques caisses disséminées sur le terrain de combat. Mais si le tir est directionnel, il n’en est pas de même pour les grenades, qui sont systématiquement lancée vers le haut de l’écran suivant la même courbe gracieuse.

7 réponses
    • Toma Überwenig
      Toma Überwenig dit :

      Merci Code Promo^^!

      C’est un film que je me refais très (trop) régulièrement, un des rares actionner à réussir à la fois à me mettre au tacket et me marrer comme une baleine échouée sur une plage de nudistes!

      Et comme j’ai découvert le jeu à peu à la même époque, les deux sont forcément un peu liés pour moi. Et vu son excellente qualité, ça me va 😉 !

      Répondre
      • Toma Überwenig
        Toma Überwenig dit :

        Ce film est une petite bombe culte à souhait, du bonheur à l’état pur!

        Et oui, chef, c’est grave, ça mérite une torture péruvienne particulièrement salée^^! Et surtout de réparer ce manquement dans les plus brefs délais, de préférence entre potos comme le suggère le sage Koreana, et avec une petite caisse de bières belges brassées avec amour. Et des caouettes. Et des nains.

        Répondre
  1. Yannou
    Yannou dit :

    Le moment le plus mythique reste le « crache ta vapeur enfoiré » le bon humour à la Swarchzy ca égale même le « considère ça comme un divorce » dans Total Recall. Qui a eu droit également à une adaptation également.

    Répondre
    • Toma Überwenig
      Toma Überwenig dit :

      Ah, mon Yannou, tu oublies LA scène mythique du « c’est mon bras le plus faible » quand il tient le gars au dessus du vide à un bras, par la jambe.
      « Tu te rappelles quand je t’ai dit que je te tuerai le dernier ? »
      « Oui, tu l’as promis John, t’as promis!!! »
      « J’ai menti »
      « AAAAAAaaaaaaa;……. »

      …mmmm, souvenirs, souvenirs…

      Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *