Let’s rock baby !!!!

Pour ce nouveau DMC le bestiaire est assez varié et cohérent, je dis cohérent parce que dans DMC 2 proposait un bestiaire qui faisait honte à la série. Ici on a des ennemis bien animés et bien modélisés bien qu’ils ne soient pas bien résistants. Mais attention, relevez le niveau de difficulté et le moindre coup de leur part vous fera perdre pas mal de vie. En fait leur agressivité est proportionnelle au niveau de difficulté choisi. Quant aux boss, ils sont assez originaux et surtout assez drôlement mis en scène, ce qui met une touche de fun supplémentaire au jeu. Et comme j’aime me répéter certains vous donneront pas mal de fil à retordre. Niveau jouabilité le jeu met du challenge car plus vous visez haut plus vous allez souffrir pour grappiller quelques bonus. Après, une fois tout bouclé, on y replonge guère. Inutile de préciser que dans ce genre de jeu la linéarité est hyper présente et ce n’est pas quelques énigmes en papier mâché qui y changeront quelque chose, prévoyez du café pour ne pas somnoler, parce qu’à part combattre  et combattre rien n’est fait pour pimenter le jeu si ce n’est les missions secondaires qui sont cachées dans les niveaux vous proposant des défis qui nous évitent de somnoler. L’ambiance gothique est bien représentée, mais que dire de l’immense solitude qui s’empare de vous dû au faible nombre de protagonistes mais aussi au décors bien vides, et à ces éternels allers-retours ? Au final que vaut ce DMC ? il redonne ses lettres de noblesses à la saga en nous remettant de nouveau dans l’ambiance propre à la sérié, mais les développeurs devront à l’avenir gommer les faiblesses de ce titre pour un nouvel opus qui évitera la linéarité entre autre et proposer au joueur des phases de jeu intenses. Un retour qui fait du bien mais attention à ne pas se reposer sur ses lauriers pour éviter un nouvel échec.

A retenir

Une copie propre qui nous offre de bons moments de défouloir malgré la solitude qui règne dans ce jeu, à cause du faible nombre de protagonistes et des carences de level design. Ça ne nous empêche pas de nous défouler sur un bestiaire assez varié bien que répétitifs parfois. DMC signe son come back haut la main à vous procurer si vous êtes un fan de Dante. À noter qu’il existe une version « Special Editon » qui permet juste de jouer en plus avec Vergil  dans les mêmes niveaux que Dante sans véritable histoire pour ce dernier, une belle arnaque.

Informations sur le jeu

Plateformes : Playstation 2 – PC

Genre : Beat’em all 

Développeurs : Capcom

Éditeur : Capcom (Playstation 2), Ubisoft (PC)

Date de sortie : 24 mars 2005

pourlesfans

Yannou

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *