Éloge de la puissance

dbz2-211

Qu’en est-il du système de combat à proprement parler? On est sur de l’affrontement frontal en 2D sur deux niveaux de verticalité (sol et air), l’écran se splittant verticalement si les personnages s’éloignent trop l’un de l’autre. Un avantage de ce choix est de garder un focus constant sur son combattant. Un inconvénient est de moins apprécier dans l’espace la distance le séparant de son opposant, la règle horizontale située sous la jauge de vie étant le seul repère pour juger. Il y a aussi une échelle de Ki que l’on peut remplir en se concentrant. Choix risqué parce que le personnage est alors vulnérable. Mais on est dans un jeu Dragon Ball, alors l’intérêt réside surtout dans l’exécution d’attaques spéciales. Il y en a deux par personnage, la moins puissante s’exécutant via un demi-cercle avant + boule de feu, l’autre par un quart de cercle arrière suivi d’un appui vers l’avant et une boule de feu. Quand la commande est réussie, l’écran se fixe sur le combattant qui prépare alors son attaque. Toutes dégagent une sensation jouissive de puissance, du Kamehameha de Son Goku au Final Flash de Vegeta, en passant par le Makanko sappo de Piccolo. En phase défensive, le joueur a plusieurs possibilités: se protéger en croisant les bras ce qui réduit de moitié les dégâts, dévier le projecticle avec la main (très peu de dommages), la faire complètement exploser en contrepartie d’une grosse consommation de Ki, ou carrément contre-attaquer de la même manière. Dans ce dernier cas, s’ensuit un combat de vagues, le plus rapide à marteler la touche de boule remporte la mise. A tout cela s’ajoutent des enchainements secrets non indiqués dans la liste des commandes: les Meteor Smashes. Ils consistent en des combos très puissants dans la veine de ceux que l’on peut trouver dans les séries Street Fighter et King of Fighters. En somme, La Légende Saien bénéficie d’un système de combat plutôt sympathique, fidèle et cohérent, auquel on ne reproche finalement que le flottement des sauts et dont on apprécie les subtilités surtout en Versus. Parce que dans le mode Histoire, on peut très bien terminer le jeu en mode Histoire avec un enchainement tout simple, consistant en un coup de poing dans la garde suivi d’une balayette. Dommage, mais le charme est ailleurs.

A retenir

Dragon Ball Z: La Légende Saien est tout simplement l’une des meilleures adaptations de l’œuvre d’Akira Toriyama. Fidèle, ouvert, pêchu, beau, le titre de Bandai a tout pour lui et pour ravir les fans. Son mode Histoire est original, ses super-attaques de Ki bluffantes de puissance et sa réalisation réussie. Certains pourront lui reprocher son approche 2D qui ne sied pas forcément absolument à Dragon Ball Z, mais il a le mérite de la réussir et de la maitriser. Un jeu à au moins essayer, bien que ne couvrant pas toute la mythologie dont il est issu.

Informations sur le jeu

Plateforme : Super Nintendo

Genre : Combat

Développeurs : Bandai

Éditeurs : Bandai

Date de sortie : 1994

excellent

Totof

3 réponses
  1. Alain
    Alain dit :

    Un des meilleurs jeux de combat que j’ai jamais eu ! Et le meilleur jeu de cette saga 2D sur super nes. La liste des persos est juste géniale… Quel pied de pouvoir jouer avec ceux des OAV ! Il y avait même les petits Cell ! Et La petite phrase en japonais au début est juste mythique ! Tout autant que le code à tapoter à ce moment la…
    Bref. Des larmes de nostalgie et de bonheur.

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] même si l’on regrette évidemment l’absence dans la version vanilla du légendaire Broly ou du charismatique Bojack. Par contre, il faut noter l’excellente surprise que constituent […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *