Chapeau bas !

La phase combat reste assez propre est bien fourni en détails avec des bonnes modélisations, cette partie regorge de tactique et de dynamisme.

Le ténor des RPG ne mérite pas son titre pour rien ! Décryptons tout cela en profondeur. Nous incarnons un jeune homme nommé Clad Strife, un ancien membre du SOLDAT (une unité militaire qui travaille pour la Shinra) et qui travaille pour un groupe écolo du nom d’Avalanche qui a pour but d’arrêter la Shinra à pomper l’énergie Mako de la planète. Bien sûr ce n’est pas le scénario en lui-même parce que bien des subtilités vont s’y glisser, des intrigues et des renversements de situation. Pour le scénario l’équipe de Squaresoft emprunte des références un peu partout avec la mythologie, la philosophie et également à la religion, le jeu se permet même d’être avant-gardiste en nous montrant comment l’être humain fait subir à sa planète l’exploitation des matières premières. Ce qui fait la force du jeu c’est le scénario complexe servi aux petits oignons avec des personnages sombres, charismatiques et assez originaux, même les seconds rôles sont réussis. La musique, je n’ai même pas besoin d’en parler pour ceux qui en ont des réminiscences, elle est sublime en tous points, aucune fausse note, elle nous fait pleurer quand on entend le thème d’Aeris, on entre en transe quand on entend One Winged Angel, on a envie de destruction Kratosienne-épique quand on combat un boss. La musique vecteur d’émotions nous envoûte et nous transpose dans un autre monde grâce au brillant Nobuo Uematsu dont la réputation n’est plus à faire. Les graphismes quand à eux se révèlent superbes l’évolution dans des décors pré-calculés pour la phase d’exploration puis la phase combat et mappemonde sur le moteur du jeu au rendu tout de même bluffant (sauf pour la map) pour cette époque – bémol néanmoins pour les personnages quand on est en phase exploration qui ressemblent à des playmobiles avec des mains en forme de blocs cubiques. Les cinématiques sont sublimes et nous montrent des personnages taille réelle très bien animés mais trop rares, d’ailleurs le jeu se targue de 40 min de cinématique. Une prouesse exceptionnelle, Squaresoft reste le premier à l’avoir fait (à son époque). Quand aux décors sur l’atlas (vous explorez librement le monde qui vous entoure pour aller d’un point A à un point B en affrontant des monstres aléatoirement) ils ne sont pas beaux voir, voire même médiocre. Comme je l’expliquais plus haut les décors des villes et autres lieux sont des graphismes pré-calculés et les détails fourmillent à l’écran. Un seul point négatif par contre, je trouve les monstres bien modélisés mais très ridicules de par leur aspect, surtout les boss qui ne sont pas impressionnant pour un RPG, seul quelques-uns sauvent la face. A travers cette opinion j’exprime juste mon avis qui n’est pas forcément le même pour tout gamer qui se respecte.

3 réponses

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] 0 [TEST] Final Fantasy Tactics Advance 16 février 2017 1 [TEST] Final Fantasy VIII 15 février 2017 2 [TEST] Final Fantasy […]

  2. […] arrivent sur PlayStation 4 l’année prochaine. Vous aviez déjà l’info de la version PC de FFVII, qui en a fait rire plus d’uns ^^. Et bien voici que Square-Enix en Europe a annoncé FINAL […]

  3. […] les jeux qui portent la marque d’une génération de joueurs sont souvent les RPG comme Final Fantasy VII ou les jeux de combats mythiques comme Street Fighter II. De mon côté, malgré que mon imaginaire […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *