Le permis de raconter

Le passage du train, où l’utilisation d’un gadget parmi tant d’autres.

Rien de plus facile d’ailleurs que d’incarner Bond dans cette aventure tellement elle suit le déroulement du film. Ici tout est fidèlement retranscrit, de la pseudo-mort d’Alec dans « Facility », à l’exécution de Xenia dans la jungle, jusqu’à la mort de notre cher 006, tombant du haut de sa structure. En bref, le film est un énorme Spoil au jeu. Et c’est tant mieux au final, car il y a peu d’adaptation aussi fidèle que celle-ci. Natalya est d’ailleurs aussi niaise que dans le film ! Mais là où le jeu pèche un peu, c’est dans la retranscription des comportements des gardes, opposants de notre héros britannique. Intelligence artificielle à sont balbutiement oblige, les soldats sont de vrais courges, ce qui tranche fondamentalement avec le soft, rempli de qualités. Ces opposant n’hésitent pas à vous foncez dessus, tête la première et sans couvertures. Courant inlassablement vers une mort prématurée. Rareware a d’ailleurs prévu le coup et à comblé cette lacune par une surenchère numérique de garde. Ici ne cherchez pas à éliminer tous les ennemis qui apparaissent, il y en a à l’infini, mis à part dans quelques niveaux cloisonnés comme la jungle.

Le permis d’être long

Le passage dans la neige, avec une liberté qu’on ne retrouve que peu ailleurs !

La jungle, un des niveaux les plus difficiles du jeu. Tuer Xenia n’est pas une mince affaire dans un environnement hostile comme celui là. Il s’agit du 15ème niveau du jeu, le tout s’élevant à 18 pour l’histoire principale, auquel on peut rajouter deux niveaux bonus, débloqués à la fin de la partie. Des niveau variés à souhait puisque nous nous baladons des hivers froids de sybérie, en passant par St Petersbourg, sans oublié de s’arrêter dans un jungle, des bunker, et une base de lancement. Pour faire plus court, tous les environnements du film sont repris. Du shoot simple, mais aussi des phases en véhicules, en tank en fait, font de ce jeu une poésie de variété. Car oui, les décors sont variés, mais les expériences qui vont avec le sont aussi. Mention spéciale à la variation de gameplay entre les phases en intérieur et en extérieur, même si le but principal reste de dézinguer tout ce qui bouge. Difficulté ascendante pour être carrément hardcore sur les 3 derniers niveaux, même en mode normal, cette dernière donne une durée de vie assez conséquente à notre héros favori, comptez au moins une bonne quinzaine d’heure pour le finir en normal, et plus du double pour le mode difficile où trois balles vous seront fatales.

2 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *