Maitre de ses moyens

steamlink-hd-1Surtout, l’arsenal de Freeman est superbe, à la fois sur les plans visuel et auditif, comme ces délicieux et authentiques bruits de balles et de rechargements. A tel point qu’ils sont saisissants de réalisme et sont un des principaux atouts du titre. La panoplie proposée au joueur se révèle progressive et concise, entre armes de poing, explosifs et fusils d’assaut. Certaines possèdent même un mode de tir alternatif, autorisant la variété d’approche. Le joueur est d’ailleurs libre de tuer les gardes et les scientifiques, mais ils sont souvent utiles pour ouvrir des portes à scanner rétinien et donner des conseils sur la marche à suivre. Il se trouve même certains qui apaiseront les douleurs de Freeman, entre autres moyens thérapeutiques parmi lesquels on trouve également les bornes de soins ou les mallettes. Mais ce qui protège le mieux le héros, c’est sa tenue qui lui permettra d’encaisser les coups sans porter atteinte à sa santé. Et sa capacité à utiliser les éléments du décor pour se couvrir, tous diablement bien pensés et disséminés ça et là. De plus, le gameplay se dote d’un mode de ciblage automatique de bon aloi, surtout sur consoles.

A retenir

Half-Life est tout simplement l’un des plus grands FPS de l’histoire. Pas seulement pour des critères que l’on pourrait juger subjectifs, comme son ambiance, sa tonalité ou son lien de parenté avec Counter-Strike. Le titre de Valve Software est un modèle de level design, de précision de gameplay et d’intelligence artificielle. Mesurés quinze ans plus tard, ces atouts sont d’autant plus stupéfiants et font prendre conscience, avec le recul, de l’influence majeure de ce titre. La demi-vie de Half-Life n’est donc pas terminée. D’autant plus que des fans ont récemment développé un remake de très bonne facture, nommé Black Mesa et disponible gratuitement.

Informations sur le jeu

Plateformes : PC – PS2

Genre : FPS

Développeurs : Valve Corporation

Éditeurs : Sierra – Electronic Arts

Date de sortie : 1998

Badge Mythique

4 réponses
  1. Delnics
    Delnics dit :

    Il fait partie de ces quelques jeux que tout le monde connait même ceux qui n’y ont jamais touché, comme un Super Mario Bros, un Zelda OOT ou un FF7.
    Pour moi, c’est Half-Life qui a donner ses lettres de noblesse au genre et niveau mise en scène il a en effet posé les bases de ce qui se fait de mieux en ce moment 🙂

    Répondre
  2. Le serpent
    Le serpent dit :

    Ce qui m’emporte dans Half Life, c’est bien son mode de narration : on garde quasiment tout le temps le contrôle de Freeman et l’histoire se déroule devant nos yeux.

    J’aime bien que le scénario me prenne par la main parfois, comme c’est le cas dans 95% des jeux, avec des cinématiques passives. Mais le mode Half Life est tellement novateur pour l’époque que j’ai été envoûté et me suis dis : « mais merde ! C’est le mode de narration du futur çà » ! Et je me suis trompé puisque les cinématiques sont restées.

    Enfin bref, je retiens essentiellement Half Life pour son mode de narration si vous n’avez pas encore compris ^^

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] se basant tout d’abord sur la flopée de titres mythiques sortis cette année-là. Jugez plutôt: Half-Life, The Legend of Zelda: Ocarina of Time, Grim Fandango, Banjo-Kazooie, The King of Fighters ‘98, […]

  2. […] de la narration ou du level design vertical et labyrinthique d’un Half-Life, Halo est surtout une ode au spectacle et à la puissance. Force de frappe, profondeur de champ, […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *