JakAndDaxterCover

Naughty Dog, rien que le nom de ce studio californien impose le respect. Le Co-président Christophe Ballestra depuis 2004 n’a cessé d’en accroître la popularité dans le monde vidéoludique avec Uncharted. Quelques jours se sont écoulés suite au lancement de « The Last of Us », dernier Bestseller du studio pour la PS3. C’est l’occasion de jeter un coup d’œil dans le rétro et de revenir en 2001, sur la génération précédente contempler le second succès des « chiens méchants » .

Un succès prédestiné

En 2001, c’était classe, maintenant, c’est über classe.

Après un succès retentissant de la trilogie Crash Bandicoot  sur la Playstation première du nom et suite au rachat de leur studio par Sony Computer Entertainement. Naughty Dog se lance dans un jeu de plateforme 3D « Open World » connu en premier lieu sous le nom de Projet Y à l’E3 2000 puis baptisé quelques mois plus tard Jak And Daxter. The Precursor Legacy, premier volet de la trilogie « Jak and ça boule de poile à parole » sort en décembre 2001 sur PS2, une période assez particulière, alors que les possesseurs de Playstation 2 mangent du GTA III depuis deux mois en attendant le messie Final Fantasy X et les fans de plateforme, quand à eux, attendent « Super Mario Sunshine » sur Nintendo Gamecube comme des moines bouddhistes priant devant la fin du monde. La nouvelle trilogie de Naughty Dog, met un coup de pied dans la fourmilière à sa sortie en magasin.Vous savez, en 2001, internet n’était pas démocratisé et le seul moyen de se tenir au courant des nouvelles vidéoludique était d’acheter sa presse mensuelle au bureau de tabac du bourg du coin. C’est par ce biais que Jak and Daxter premier du nom à pu s’imposer dans la majorité des ludothèques des joueurs, grâce notamment aux tests élogieux et unanimes des rédacteurs de différents magazines ainsi que le boost des ventes de Nöel. (Exit l’effet de communication « kikitoudur » via de bons nombres de trailer comme en 2013).

La Naissance d’un Duo d’enfer

Voici Daxter avant de se transformer en Beloutre charismatique.

Bienvenue dans un monde onirique sans nom, Jak et son pote Daxter, durant une soirée à se raconter des vannes sur le bateau mouche du pêcheur du village des sables. Dans un éclair de folie et ainsi bravant l’interdiction du vieux sage vert du village, Samos, ils décident de s’aventurer dans l’île de la brume, réputée dangereuse et malfamée. Arrivé sur l’île, Jak et Daxter aperçoivent une réunion de Lurkers (antagonistes principaux) ainsi que deux personnes mystérieuses donnant de sombres directives à cette troupe attentive. De peur, nos deux comparses s’éloignent de la réunion et se balade à coté d’un puits d’éco noire (énergie de la planète), un lurker surgit tel un videur en boîte durant un samedi soir trop arrosé. Suite à un concours de circonstance, Jak élimine le lurker et sur cette action fait tomber Daxter dans le puits. Magie magie, il en ressort transformé en une beloutre orange (Mélange de loutre et de belette), commence alors cette aventure. Accompagné de son acolyte muet Jak, du vieux sage grincheux Samos et de sa jolie fille Keira, Daxter va parcourir ce monde vaste à la recherche de Gol, sage étant le plus expérimenté sur la question de l’éco noire.Si vous êtes à la recherche d’une claque scénaristique et narrative, passez votre chemin, Jak & Daxter joue la simplicité mais reste tout de même efficace grâce notamment à des dialogues savoureux servis avec une version française bien plus efficace que la V.O.

3 réponses
  1. Le serpent
    Le serpent dit :

    Daxter me fait tellement penser à Donald !
    Pas contre, autant je trouve qu’artistiquement ça a toujours de la gueule, autant techniquement… Je trouve que ça a pris un sacré coup dans la tronche

    Bon test en tout cas ! (Par contre j’aurai mis simplement excellent ^^)

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *