Un Gameplay simple et énergique

Flut-Flut ! Attaque Charge !

Flut-Flut ! Attaque Charge !

L’essence même d’un jeu de plateforme, c’est la simplicité et la prise en main direct. Les développeurs ont tout compris et ont tout fait pour nous faire aimer jouer au jeu. On ne joue pas, on prend plaisir à jouer à Jak and Daxter, son Gameplay ne vieillit pas, tel un Mario, on sait instinctivement comment ça marche. La facilité du jeu aide d’ailleurs à prendre son pied, ça aurait pu être un défaut c’est vrai mais il en n’est rien.Pour progresser, le but est simple, vous devez récupérer des piles d’énergies (boules d’énergies précurseurs) afin de déverrouiller la zone suivante en upgradant votre « Zoomer anti-grav », une sorte de scooter volant que vous pilotez pour traverser les zones volcaniques qui séparent les différentes zones. Une précision pour les piles d’énergie, si vous souhaitez voir la vrai fin, vous avez l’obligeance d’obtenir 100 piles. Pas bien compliqué mais vraiment fun à faire.Si vous avez aimé les phases de panda dans Crash Bandicoot 3, vous avez également la possibilité de vous baladez dans certaines zones avec « Flut-Flut », une sorte de gros piaf sortit tout droit de l’imaginaire de « Star Wars » mais avec un côté beaucoup plus mignon. Pour également vous aider dans votre quête, l’éco bleu, énergie qui émane de la planète via des mini-silos, vous procure un boost et permet d’activer des machines précurseurs pour vous faire également progresser. Il faut certainement pas un temps fou pour venir à bout de Jak & Daxter, vous en avez pour une quinzaine heures de jeu (un peu plus pour le 100 %), plutôt court pour l’époque.

Une Réussite Artistique autant que Technique

Serai-tu retrouver la référence à Crash Bandicoot ?

Serai-tu retrouver la référence à Crash Bandicoot ?

Que ce soit en 2001 ou en 2013 syndrome « postE3″, quand vous relancer la galette de Jak and Daxter dans votre bonne vieille Playstation 2. Rien qu’un petit écran principal vous colle déjà une leçon de direction artistique, le tour 360° autour de la cabane du sage laissant entrevoir le reste de l’île avec une palette de couleurs chatoyante et accueillante, qui de derrière donne un message subliminal du genre :« Allez viens jouer, allez ! Tu va te marrer ». Press Start ! Suivant les chemins entre-ouverts par le studio Rare avec « Banjo-Kazooie » et le studio Nintendo EAD avec « Mario 64 ». Naughty Dog propose un jeu de plate-forme « Open World » avec un complément non négligeable : Sans Temps de Chargement entre les niveaux. Cette « feature » (prononcer à l’américaine pour la classe) et le porte étendard technique de ce jeu et de la Playstation 2. Les niveaux s’enchaînent sans qu’un écran de chargement ne vienne casser le plaisir. Transition digne d’un journaliste de FR3, les niveaux justement. A l’instar de Crash Bandicoot, The Precursor Legacy propose moult décors cohérent dans son enchaînement, riches et variés. On passe du soleil à la neige ou la jungle à un univers rempli de mécanismes précurseurs à une grotte volcanique. Tout ça avec un graphisme et une fluidité exemplaire (60 Fps constant) même avec plus d’une décennie dans les dents. Un voyage où la lassitude est inexistante, mais oui vous savez, le sentiment de ne pas être blasé par le même univers générique qui a flinguer cette génération de console.Entre autre parmi le soin apporté sur les niveaux, le Chara-Design. Il est tout bonnement sans faute, que ce soit pour Jak aux Lurkers , tout était bien travaillé et vraiment bien stylisé , mention spécial pour le design de Daxter , « Best Character ever » de toute les franchises de Sony confondus. On s’attache autant à cette troupe de personnage qui peuple cette univers qu’avec un bon Pixar ou Dreamworks.

A Retenir

Naughty Dog a sorti Jak and Daxter en profitant au maximum de la capacité de la Playstation 2, ce qui en fait un jeu fondateur pour la plateforme 3D hors Nintendo, grandiose, il marquera le monde du jeu vidéo en un coup de patte. Graphiquement toujours aussi propre en 2013, il est également une leçon pour tout designer en herbe tant il propose des décors variés et vivants ainsi qu’un chara-design exemplaire (Daxter, si tu nous entends…). J’ai pris, je prends et je prendrai toujours du plaisir à jouer à Jak and Daxter : The Precursor Legacy, assurément le premier jeu que je ferai jouer à mes enfants. « Thanks Naughty Dog ! »

Informations sur le jeu

Plateforme : PS2

Genres : Plate-forme – Action

Développeurs : Naughty Dog

Éditeur : Sony Computer Entertainment

Date de sortie : Octobre 2001

Mythique

Koreana

3 réponses
  1. Le serpent
    Le serpent dit :

    Daxter me fait tellement penser à Donald !
    Pas contre, autant je trouve qu’artistiquement ça a toujours de la gueule, autant techniquement… Je trouve que ça a pris un sacré coup dans la tronche

    Bon test en tout cas ! (Par contre j’aurai mis simplement excellent ^^)

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *