Dessine-moi la douleur

Laisse moi prendre ta douleur Max !

Cette douleur, nous la percevons durant chaque seconde de notre aventure. D’abord grâce à cette foutue narration. Ici, point de cinématique. Non. Simplement des planches de BD, noires de crasse. Ces planches arborent un aspect tout de même réaliste, où Max apparaît dévasté, hargneux, mais néanmoins motivé. Une originalité qui met tout de même en exergue le caractère torturé de notre héros, ou anti-héros, appelez-le comme vous voulez, il n’en a rien à faire… Une musique des plus angoissantes accompagne cette nuée de saleté. Un thème principal tout simplement glaçant. Mais Max s’en moque. Foutue drogue. Foutue came. Foutue merde… Max ne s’en remet pas, et ce n’est pas la ville qu’il va parcourir qui peut lui remonter le moral. New York. La ville la plus crasseuse du monde. Des ordures dans les rues, des tolards dans les baraques, des drogués dans le métro. Vraiment rien ne peux sauver notre ami Max. Mais ce dernier n’a plus d’amis. Il est maintenant seul. Seul face au monde occidental. Seul face à sa vengeance. Seul. Pas tout à fait, il peut toujours compter sur ses amies les armes à feu. Ses seules amies et véritables compagnons. Saleté de drogue. C’est décidément la merde…

On n’est jamais mieux servi que par son flingue

Max est un teigne.

Max est une teigne.

Max est une teigne. Forgé par le désespoir, il sait très bien qu’il n’a rien à perdre. Et c’est pour cela qu’il va se lancer corps et âme dans une quête de vengeance qui semble perdue d’avance. Et pourtant… Max se montre hyper réactif. La colère donne des ailes, nous ne le savons que trop bien. C’est pour cela qu’il dégaine ses armes et part à l’abordage. Notre ami, ce foutu désespéré se manie plutôt bien. Il se laisse docilement diriger grâce au clavier (où à la manette) et oriente ses foutues armes grâce à la souris (ou au stick droit). Max nous donne alors la possibilité de faire ce qu’on veut de lui. De toutes façons, il n’a pas la force de se défendre. Et puisque nous voulons faire de New York un chantier, il ne dispose d’aucune raison pour s’y opposer. Il s’agit là, mine de rien, d’une bien belle maniabilité. Et Max dispose pour tout péter d’un large panel d’armes. Armes de poing ou d’épaule, il n’a que l’embarras du choix. Seule la mort compte pour lui, et non pas l’objet qui va lui servir à la distiller. Mais la mort peut aussi venir à lui. Car oui, Max n’est pas immortel. il peut avoir mal, physiquement, en plus de sa torture morale. Il n’a plus rien à perdre, j’espère que vous l’avez compris, espèces d’ignorants… Il se gave d’antalgiques pour essayer de rester en vie et venger sa famille. Mais il ne sera pas simplement aidé de cette merde. Il dispose d’un atout bien plus conséquent.

7 réponses
  1. Delnics
    Delnics dit :

    « Nous allons ici rendre hommage à l’un des plus grands jeux d’action, sûrement le plus grand de l’ère 3D. »
    Tu ne crois pas que tu en fais un peu trop quand même ? (même si j’aurais dû m’en douter ^^).
    Oui, l’idée du bullet time a été une mini-révolution dans la conception même de jouer et a été copié (plus ou moins bien) de nombreuses fois.
    Oui, ce jeu a indéniablement un fond tragique fort et le sentiment de vengeance est souvent très prometteur à ce niveau.

    Mais la question qui me vient de suite est : Pourquoi donc, quand on évoque la grande histoire du jeu vidéo, Max Payne est loin d’être écrit à l’encre indélébile ? Est ce parce que la très grande majorité des joueurs est aveugle ? :O
    Je ne crois pas. Je pense simplement qu’il manque à ce Max Payne, le petit quelque chose, la flamme, ce surplus d’âme qui fait la marque des monuments du jeu vidéo.
    En fait, je pense que Max Payne avait tous les éléments pour faire réellement parti du panthéon du jeu vidéo, mais qu’il manque le génie des grandes figures du monde vidéoludique comme un Miyamoto ou un Kojima pour orchestrer le tout avec brio.
    C’est souvent ce qui peut faire la différence entre le très bon (voir excellent) jeu et le mythe 🙂

    Répondre
    • BaaL fr
      BaaL fr dit :

      Je crois surtout que c’est parce que t’es un joueur console 😉 Ah mais oui c’est vrai Max Payne ne peut pas être culte, il n’y a pas de champi magique ou de triforce dedans… 😛

      Répondre
  2. Le serpent
    Le serpent dit :

    Ce qu’il manque à Max c’est moins de violence.
    Un jeu de cette violence et de cette ampleur (le budget com n’est pas celui d’un COD) ne peut pas avoir un succès commercial fulgurant.
    Je suis le seul à y avoir joué à la rédac et ce sont pourtant tous des gamers !

    Et je peux te dire que le bullet time apporte beaucoup.

    D’un autre coté j’adore les jeux à ambiance, et avec MAx, tu es servi

    Répondre
  3. Yannou
    Yannou dit :

    Delnics avec ce que t’écris tu peut pas rédiger mon oeil oui lol mis à part ca c’est un excellent test tu étais vachement inspiré pour nous pondre ce beau test, magique. Faudrait que j’y joue à ce jeu.

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *