images

Évoquer Metal Gear Solid 3, c’est raviver des souvenirs impérissables et authentiques. C’est parler d’un titre à la richesse et à l’intelligence exceptionnelles. C’est se replonger dans une ambiance 60s aux couleurs et aux contours parfaits. C’est avoir le cœur serré en pensant au destin de The Boss. C’est avoir le sourire aux lèvres en se remémorant les prémices et les promesses du jeune Ocelot. C’est à la fois entendre le bruit des oiseaux et sentir le poids du silence lors du combat contre The End. C’est baigner dans une aventure unique, entière et complète. C’est tout simplement rendre hommage à très certainement le meilleur jeu d’action de tous les temps.

Pour survivre à la guerre…

234Le contexte de ce troisième épisode est la période de la Guerre Froide. Naked Snake est envoyé en mission de reconnaissance et d’exfiltration d’un scientifique nommé Sokolov sur le territoire soviétique. On est le 24 août 1964 et le soleil va se lever. L’agent américain est parachuté dans la forêt de Tselinoyarsk dans une scène de saut magistrale de montée en puissance, servie par une composition idoine de Harry Gregson-Williams qui offre tout le long de l’aventure une partition exemplaire. L’ambiance est posée et la maîtrise de Hideo Kojima est toujours là, comme il avait su le faire dans MGS 2. “Spread your wings and fly! God be with you!” Le Major Zero vient d’envoyer avec sa bénédiction sa jeune pousse vers une mission “vertueuse”, dans laquelle il découvrira pourtant à ses dépens bien des vices.

Comme son prédécesseur, Snake Eater est en deux temps: une première mission pour poser les jalons et les nouveautés du gameplay, ainsi que les bases du scénario. Quand dans MGS 2, on découvrait notamment la possibilité de “freezer” les ennemis en se déplaçant silencieusement derrière eux et en les surprenant, dans cet épisode, on se délecte des joies du CQC, forme de close combat. Une pression prolongée du bouton rond permet ainsi à Snake d’agripper un opposant, puis de lui faire ce que l’on veut: le relâcher, l’étrangler, l’égorger, le jeter à terre pour ensuite le braquer, l’utiliser comme otage face à ses petits copains et surtout, l’interroger en le menaçant. On pourra ainsi avoir de précieuses informations et indications sur des secrets à dénicher. A noter qu’il est également possible de jeter directement à terre un ennemi en ajoutant une direction à la commande.

Autre grande nouveauté de ce MGS 3: le camouflage. Ainsi, il faudra user de différentes panoplies et peintures faciales pour devenir une sorte de caméléon qui s’adapte à son environnement minéral. Un taux de camouflage est ainsi indiqué en haut à droite de l’écran et bien entendu, plus grand il imagessera, plus difficile sera pour les soldats de détecter Snake. Si cet aspect du gameplay est amusant, il souffre malheureusement du fait de devoir passer par le menu Pause et subir ainsi des temps de chargement dont Snake Eater souffre au final beaucoup. Mais c’est certainement pour offrir des décors et des graphismes d’une beauté époustouflante, chaque niveau bénéficiant d’une attention au détail qui est à saluer. Quiconque a pu s’essayer à MGS 3 en 60 Hz s’est arrêté quelques instants pour admirer la qualité des lumières et des textures, notamment les structures de béton, qui poussent la PS2 dans ses derniers retranchements.

6 réponses
  1. greyfox0957
    greyfox0957 dit :

    Très beau test qui rend justice à l’immensité de ce qu’a représenté et continue de représenter MGS3.

    Chapeau bas, même si mon préféré reste le 2 🙂

    Répondre
  2. Uinseann Ayflahm (Deadmarye)
    Uinseann Ayflahm (Deadmarye) dit :

    « C’est à la fois entendre le bruit des oiseaux et sentir le poids du silence lors du combat contre The End. »

    MGS 3 = Grenouille, mon esprit est à jamais ancré de ce vert crouacric.

    « Quand dans MGS 2, on découvrait notamment la possibilité de “freezer” les ennemis en se déplaçant silencieusement derrière eux et en les surprenant, »

    Oh mon dieu, quel bonheur cette demo sur le Tanker !

    « on se délecte des joies du CQC, »

    Un très mauvais souvenir, tellement qu’il m’a fait détester MGS 3 pendant de longues années.

    « C’est pourtant sur ce point, ainsi que sur celui de la caméra à la troisième personne gênante pour bien apprécier l’aire de jeu en absence de radar, que certains critiques ont insisté. »

    « Pourtant, il n’en est presque rien »

    Malheureusement, c’est ce qui m’a le plus déçu. Quand MGS 3 était annoncé, on voyait des trailer de Snake chasser des animaux, les tuers, les dépecer, les cuire sur le feu et les manger ensuite. Je me disais que c’était cool, qu’on aurait un jeu bien ficelé niveau survit. En réalité ça se traduit à tirer sur l’animal et voir une ration flotter au dessus du sol. Evidemment, ce n’est pas le nerf du titre mais il m’a été vendu comme tel dans les nombreux trailer.

    « Cette interaction permanente et passionnée avec le joueur, c’est juste du caviar. »

    Et c’est ce qui me fait apprécier le jeu alors que j’en ai si peu de bons souvenirs.

    « un concurrent nouveau – et plutôt sérieux – nommé Splinter Cell »

    Et pourtant, le premier épisode fut tellement décevant. Beau, réactif et esthetiquement classe mais tellement lourd au pad…

    « On a reproché à MGS 3 de ne pas tenir certaines promesses, comme celle de ne pas avoir privilégié ou étoffé la survie dans un contexte de jungle hostile. […] Mais ceci est si peu de choses, si contestable et au final si peu nuisible que cela ne dessert en aucun cas la qualité de l’expérience proposée. »

    Ca ne nuit pas au jeu mais ce n’est pas ce qui était annoncé, je m’attendrais clairement à un jeu plus orienté survie.

    Je suis d’accord avec Greyfox, perso’ je prefère le deuxième MGS. Je dis pas que le troisième est mauvais c’est juste que j’ai moins d’affinité avec ! Le Deuxième, j’y ai passé tellement d’heure dessus, je l’ai fait dans toutes les difficultés, j’ai essayé de battre mon score pendant des mois et des mois…Et ensuite j’ai acheté la version complète. Rien que le Tanker m’a bouffé des semaines et des semaines de jeu ! Haha ! J’ai adoré MGS 2. MGS3 je l’ai trouvé cool, sympa à faire mais quelque chose m’y à toujours gené sans savoir mettre le doigt sur le véritable problème.
    En tout cas c’est toujours bien écrit et on sent bien que t’aime de quoi tu parles !

    Répondre
  3. Yannou
    Yannou dit :

    Quel beau test ça ce voit que le jeu t’a marquer il m’a marquer aussi c’est une œuvre de qualité qui nous fait découvrir la naissance du mythe de Big Boss l’aspect survie bien pensé, les personnages charismatiques une ambiance unique et magique tu as tout dit et tu as su avec brio nous donner des émotions concernant ce soft qui restera pour tous les fans de MGS une œuvre marquante. En tout cas cela m’a donner envie de donner à Assassin’s Creed ^^.

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *