Dur Dur, et long long !

Non, vous n’êtes pas dans un hangar, mais bien à l’arrière d’un camion !

Comme nous l’avons signalé, l’évolution se fait à la Zelda, à la différence qu’il faut s’infiltrer et non tout buter. Certes mais qu’est-ce que cela veut dire ? Vous démarrerez la partie avec, pour vous défendre, seulement vos poings ! Et oui, pas facile, d’autant que la première arme ne se trouve qu’après environ une heure de jeu. Une fois la première arme en joue, l’utiliser est assez risquée. N’oubliez pas, vous êtes dans un jeu d’infiltration, et tirer comme un bourrin avec une arme fait du bruit. Ce bruit déclenche une alerte qui a pour conséquence de voir des soldats envahir l’écran ! Et oui le système d’alerte est bel et bien déjà là. Une alerte qui se déclenchera aussi si vous êtes repéré par un soldat ou une caméra. Autant dire que cette dernière sera beaucoup déclenchée. Au fur et à mesure de l’aventure, vous ramassez de nouvelles armes, Nikita, mines, mitraillette, etc… Des armes accompagnées de divers objets, comme le gilet pare-balles ou encore les lunettes infrarouges. Et petite surprise, les cigarettes font aussi parti de l’inventaire, comme dans tout bon Metal Gear. Cette belle balade dans les divers buildings du soft durera environ 15h. Et oui c’est long ! Mais pourquoi ? Parce que c’est dur pardi ! Non pas que les affrontements contre les boss soient difficiles (bien au contraire d’ailleurs), ou que les soldats nous donnent du fils à retordre ; mais l’évolution de l’aventure étant chaotique, on cherche pendant des heures ce qu’il faut faire ! Les communications par codec ne servant qu’à faire avancer l’Histoire et non pas nous donner des indications, il est difficile de se diriger dans ces immenses immeubles. Il y a même une fois où j’ai eu recours à une solution, chose que je ne fais que très très rarement ! Long, car dur. Une constante dans les jeux 8 bits. Mais rassurez vous, même s’il n’y a pas de système de sauvegarde à proprement parler, les « passwords » vous permettront de reprendre l’aventure là où vous l’avez laisser. A l’entrée des différents bâtiments.

Une Histoire de couloirs

Le fameux boss qu’on n’a même pas besoin de battre. Merci les bugs !

Oui. J’ai bien dis à l’entrée de chaque bâtiment, car bien que le jeu démarre dans la jungle et se déroule parfois en extérieur, la majorité du soft, soit 80% environ, se passe en intérieur, dans des immeubles et autres hangars. Bien que Kojima ai pondu une belle oeuvre, les graphismes étant plutôt soignés et les personnages déjà reconnaissable (on voit le bandana de Snake et le cache-oeil de Big boss, géant !), il faut bien avouer que le design n’est pas toujours inspiré, surtout comparé aux autres productions de l’époque. Une redondance de bleu et de vert, comme dans les premiers metal gear solid d’ailleurs. Et bien que quelques espaces extérieures soient arpentés, on ressent assez vite comme une expression de clostrophobie. Ce constat n’est pas forcement le même pour les musiques du jeu. Bien que les thèmes soient convenus, il est impossible d’oublier la musique qui se déclenche lors d’une alerte. Cette dernière, entraînante, et collant avec l’ambiance 1990 du soft, est d’ailleurs le sujet d’un des « coup de coeur » de la rédaction, il y a quelques jours. Je rassure cependant les fans, l’aspect graphique reste cependant largement acceptable et satisfaisant.

12 réponses
  1. Seblecaribou
    Seblecaribou dit :

    Je trouve que t’as été très sympa au niveau de la note, parce que ce MG sur NES est un vrai étron. Entre les respawn insupportable (tu peux même pas utiliser les googles sans qu’un garde réapparaisse) les bugs à foison, les menu super pas ergonomique, moi je dirais que c’est une disgrâce envers la version MSX. Je l’ai fait quand j’étais petit et j’en garde un assez mauvais souvenir personnellement XD

    Répondre
    • Le serpent
      Le serpent dit :

      Salut seblecaribou,

      Tu n’as peut-être pas tord dans le fait que j’ai surnoter MG sur NES. Peut être méritait-il une étoile en moins certe. Mais tous ces bugs, font finalement parti intégrante du gameplay. Et oui je m’y suis habitué !

      Le scénario, le gameplay tout de même assez riche, les musiques, et les graphismes jolies, suffisent, pour moi, à le hisser parmis les « bon titres à avoir mais pas indispensables ».

      Et puis, c’est tout de m^meme le 1er MG !!! Sur une console grand public !

      Répondre
    • Sirocco
      Sirocco dit :

      Je veux pas te vexer, Seb, mais tu parles aussi d’une époque où l’ergonomie des menus, la difficulté, le confort de jeu n’étaient pas des éléments déterminants de la qualité d’un titre.
      MG n’est qu’un exemple parmi tant d’autres en ce temps là ^^.
      Donc ce n’est pas vraiment un critère de jugement.

      Pour apporter une dernière note relou, c’est toujours difficile de noter des jeux aussi anciens.

      Répondre
  2. Le serpent
    Le serpent dit :

    Sirocco n’a pas tord, même si je comprend tout à fait Seb.

    Le truc est de noté le « plaisir de jeu », et malgré tout les défauts énoncés, on ressort abasourdi de cet épisode. Enfin ce fut mon cas ! Qui d’autre l’a fait?

    Répondre
  3. Tristan
    Tristan dit :

    Ah les notes sur l’ergonomie des menus en prenant comme référentiel le game play de jeux actuels… Je suis tout à fait d’accord avec le serpent… Ce qui compte c’est le fun dégagé par un titre avant tout… Sinon on peut bien dire que tous les jeux qui ont bercé notre enfance ludique n’était que de la daube par rapport à un jeu actuel rien qu’en comparant les graphismes.
    Certes le premier Metal Gear n’était pas un modèle dans la simplicité de son gameplay mais cela faisait partie de la difficulté à maîtriser pour améliorer son skill.
    Bref tu n’as pas tord Seb mais pour l’époque ce n’est pas si mal…
    Replaçons les choses dans leurs contexte et avouons également que certains bugs sont dûts à une mauvaise utilisation des ressources de la console ce qui pour les dévellopeur de l’époque est un peu décevant la Nes étant sortie depuis déjà quatre ans.
    Mais si le soft a connu tant de suites c’est que l’idée a séduit.
    En résumé chaque avis est fondé mais nous sommes ici entre passionnés et les passions sont défendues… PASSIONNÉMENT!! Nous ne serons donc pas forcément d’accord sur tout et c’est essentiel d’avoir plusieurs sons de cloche ce qui nous permet de faire vivre, revivre ces pépites rétrogaming, de les faire découvrir aux nouveaux gamers et redécouvrir à ceux qui les avait connus lors de leurs sorties.
    La note sera toujours subjective concernant un jeu, parce que (et surtout pour d’anciens jeux) nous ne notons pas comme l’a dit le serpent un jeu face à une quelconque référence actuelle mais face au plaisir ressenti à l’époque.
    Pour te citer un exemple, j’ai adoré les gremlins sur le même support, jeu de plateforme basique mais pour moi un super jeu parce que je partageais la manette avec mon meilleur pote sur ce jeu et que j’aimais le film, d’aucun diront que ce portage était un « étron »… Peut être en tout cas moi je l’adorais…

    Répondre
  4. Seblecaribou
    Seblecaribou dit :

    Non mais ce qu’il faut comprendre c’est que je juge pas le premier MG sur NSX mais sa version un peu batarde sur NES qui a des défaut que l’autre n’a pas (dont le début d’ailleurs qui est assez spé je trouve)

    Répondre
  5. Le serpent
    Le serpent dit :

    Tu n’as pas tord, la version MSX est bien mieux.
    Comparé celle la est nul, mais éffacons cette référence, et tu vois que MG sur Nes est super^^

    A mon avis^^

    Répondre
  6. Yannou
    Yannou dit :

    Retenons juste qu’il a servi de base solide à Metal Gear Solid, je rejoins Sirocco quans j’ai eu MGS Subsistnece j’ai pleurer en jouant à MG trop dur mais à l’époque les moyens ne permettait pas aux gameplay d’être aussi évolué qu’aujourd’hui. Il faut juste se dire qu’on c’est régaler à y jouer et laissons les bugs au placard. Dans tout les jeux y’a des bugs c’est comme ca!!! Sionon très bon test Le Serpent.

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *