Et si Metal gear n’était pas fini ?

Et maintenant le boss le plus facile de l’histoire 8 bits : même pas besoin de le tuer !

Un titre assez provocateur certes, mais lorsqu’on joue, et qu’on fini cette épisode, il y a quelque chose d’énervant, de redondant, de lassant : les bugs. Je tiens d’ailleurs à signaler que ces bugs sont présents sur la version testée, à savoir sur la NES. Pour avoir eu des échos de la version MSX2, tous ces rattages sont l’apanage de la console de Nintendo. Revenons à nos moutons. Par bug, j’entends oublie totalement inexcusable qui porte atteinte au gameplay. Ces bugs sont d’ailleurs présents dès le début du jeu ! On arrive sur un écran, un soldat et un camion. On tue le soldat et on rentre dans le camion. On y trouve une ration et on ressort, et qui voilà ? Le soldat ! On le re-tue, assez étonné, et puis on re-rentre dans le camion, et que voit-on ? Une ration ! Et un soldat en ressortant, et ainsi de suite. De ce fait, le scénario parfaitement construit et le gameplay au petit soin sont détruits en l’espace de quelques secondes. Le tout se veut réaliste, mais le plein de munition est trop facile à obtenir. On trouve des cartouches dans une salle, on en ressort, et on repart dans la salle pour récupérer une autre boite de cartouches. Et cette atteinte au gameplay ne s’arrête pas là ! L’alerte n’est valable seulement que sur un écran de jeu. Il suffit de rentrée dans la salle suivante pour que les soldats retournent à leur poste ! A coté de ces bugs inacceptables, quelques autres oublis existent, lors du combat avec le 4ème boss notamment, dont il est possible de passer à travers pour passer à la zone suivante. Dommage ! Car la quasi-perfection a failli être atteinte ! Tous ces petits ratés rendent le jeu bien plus facile que celui de la version MSX2.

A retenir

Comment ne pas tomber amoureux de Metal gear ? Véritable légende, cette série démarre par cet épisode qui frôle de peu la note ultime. Graphismes sympatoches, musiques entraînantes  mais surtout, scénario très prometteur et gameplay au petit oignons. Toute la difficulté de rédiger cet article fut de ne pas tomber dans l’adoration pure et simple. Grand fan de la série, Metal Gear s’est construit autour du rapport entre Big Boss et Solid Snake, qui trouve son démarrage ici. On regrettera cependant le manque de finitions sur cette version NES, buguée assez régulièrement. Merci Hideo Kojima, merci Konami, et longue vie à Snake, en espérant qu’il survive à sa 42 année !

Information sur le jeu

Plateformes : NES – MSX 2

Genres : Action – Infiltration

Développeurs : Konami

Éditeur : Konami

Date de sortie : Mars 1989

excellent

Le Serpent

12 réponses
  1. Seblecaribou
    Seblecaribou dit :

    Je trouve que t’as été très sympa au niveau de la note, parce que ce MG sur NES est un vrai étron. Entre les respawn insupportable (tu peux même pas utiliser les googles sans qu’un garde réapparaisse) les bugs à foison, les menu super pas ergonomique, moi je dirais que c’est une disgrâce envers la version MSX. Je l’ai fait quand j’étais petit et j’en garde un assez mauvais souvenir personnellement XD

    Répondre
    • Le serpent
      Le serpent dit :

      Salut seblecaribou,

      Tu n’as peut-être pas tord dans le fait que j’ai surnoter MG sur NES. Peut être méritait-il une étoile en moins certe. Mais tous ces bugs, font finalement parti intégrante du gameplay. Et oui je m’y suis habitué !

      Le scénario, le gameplay tout de même assez riche, les musiques, et les graphismes jolies, suffisent, pour moi, à le hisser parmis les « bon titres à avoir mais pas indispensables ».

      Et puis, c’est tout de m^meme le 1er MG !!! Sur une console grand public !

      Répondre
    • Sirocco
      Sirocco dit :

      Je veux pas te vexer, Seb, mais tu parles aussi d’une époque où l’ergonomie des menus, la difficulté, le confort de jeu n’étaient pas des éléments déterminants de la qualité d’un titre.
      MG n’est qu’un exemple parmi tant d’autres en ce temps là ^^.
      Donc ce n’est pas vraiment un critère de jugement.

      Pour apporter une dernière note relou, c’est toujours difficile de noter des jeux aussi anciens.

      Répondre
  2. Le serpent
    Le serpent dit :

    Sirocco n’a pas tord, même si je comprend tout à fait Seb.

    Le truc est de noté le « plaisir de jeu », et malgré tout les défauts énoncés, on ressort abasourdi de cet épisode. Enfin ce fut mon cas ! Qui d’autre l’a fait?

    Répondre
  3. Tristan
    Tristan dit :

    Ah les notes sur l’ergonomie des menus en prenant comme référentiel le game play de jeux actuels… Je suis tout à fait d’accord avec le serpent… Ce qui compte c’est le fun dégagé par un titre avant tout… Sinon on peut bien dire que tous les jeux qui ont bercé notre enfance ludique n’était que de la daube par rapport à un jeu actuel rien qu’en comparant les graphismes.
    Certes le premier Metal Gear n’était pas un modèle dans la simplicité de son gameplay mais cela faisait partie de la difficulté à maîtriser pour améliorer son skill.
    Bref tu n’as pas tord Seb mais pour l’époque ce n’est pas si mal…
    Replaçons les choses dans leurs contexte et avouons également que certains bugs sont dûts à une mauvaise utilisation des ressources de la console ce qui pour les dévellopeur de l’époque est un peu décevant la Nes étant sortie depuis déjà quatre ans.
    Mais si le soft a connu tant de suites c’est que l’idée a séduit.
    En résumé chaque avis est fondé mais nous sommes ici entre passionnés et les passions sont défendues… PASSIONNÉMENT!! Nous ne serons donc pas forcément d’accord sur tout et c’est essentiel d’avoir plusieurs sons de cloche ce qui nous permet de faire vivre, revivre ces pépites rétrogaming, de les faire découvrir aux nouveaux gamers et redécouvrir à ceux qui les avait connus lors de leurs sorties.
    La note sera toujours subjective concernant un jeu, parce que (et surtout pour d’anciens jeux) nous ne notons pas comme l’a dit le serpent un jeu face à une quelconque référence actuelle mais face au plaisir ressenti à l’époque.
    Pour te citer un exemple, j’ai adoré les gremlins sur le même support, jeu de plateforme basique mais pour moi un super jeu parce que je partageais la manette avec mon meilleur pote sur ce jeu et que j’aimais le film, d’aucun diront que ce portage était un « étron »… Peut être en tout cas moi je l’adorais…

    Répondre
  4. Seblecaribou
    Seblecaribou dit :

    Non mais ce qu’il faut comprendre c’est que je juge pas le premier MG sur NSX mais sa version un peu batarde sur NES qui a des défaut que l’autre n’a pas (dont le début d’ailleurs qui est assez spé je trouve)

    Répondre
  5. Le serpent
    Le serpent dit :

    Tu n’as pas tord, la version MSX est bien mieux.
    Comparé celle la est nul, mais éffacons cette référence, et tu vois que MG sur Nes est super^^

    A mon avis^^

    Répondre
  6. Yannou
    Yannou dit :

    Retenons juste qu’il a servi de base solide à Metal Gear Solid, je rejoins Sirocco quans j’ai eu MGS Subsistnece j’ai pleurer en jouant à MG trop dur mais à l’époque les moyens ne permettait pas aux gameplay d’être aussi évolué qu’aujourd’hui. Il faut juste se dire qu’on c’est régaler à y jouer et laissons les bugs au placard. Dans tout les jeux y’a des bugs c’est comme ca!!! Sionon très bon test Le Serpent.

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *