grimfandangorelease

L’époque y est propice. On ne compte plus les reboots, les remakes HD, les éditions remastered et tout le toutim. La dématérialisation a donc cet avantage et ce défaut de faire du neuf avec du vieux. Cela permet d’assouvir les désirs du collectionneur, comme cela peut endormir la création et la prise de risque. Mais quand est offerte la possibilité de rattraper certains retards grâce à une refonte du système de jeu, et d’ainsi corriger des défauts d’époque, on ne va pas s’en plaindre. C’est la direction que prend heureusement Grim Fandango Remastered, disponible sur PC, PS4, PS Vita et Mac.

Viva la remasterisacion!

C’est une histoire de morts. Manuel dit “Manny” Calavera, agent de voyage, vend des croisières vers le Neuvième Monde aux âmes trépassées. Mais les temps sont difficiles et ses commissions ne sont pas très élevées, les contrats les plus juteux revenant à son collègue Domino. Jusqu’au jour où Manny intercepte la belle et sainte Mercedes “Meché” Colomar, mais qu’il ne peut empêcher de faire à pied le long trajet vers le repos éternel. C’est le début d’une course-poursuite au long cours qui révélera des agissements troubles au Pays des Morts et d’une belle histoire d’amour. Grim Fandango puise ses inspirations dans la mythologie aztèque et Calavera désigne d’ailleurs les squelettes décoratifs de la Toussaint mexicaine. Mais ce titre signa aussi en son temps le trépas de la division aventure de LucasArts, la faute à de mauvaises ventes.

2589524-grim

Un chant du cygne très personnel, un peu à la façon de Ōkami ? Sauf que la maîtrise approximative des déplacements en trois dimensions gâchait un plaisir de jeu pourtant servi par le ton et l’esprit si particuliers du studio. L’édition Remastered permet désormais un contrôle de l’espace intuitif et encore meilleur à la manette, s’adaptant aux plans de caméras. On regrette en fait plutôt les quelques bugs et freezes survenant çà et là : pensez donc à sauvegarder car le système ne le fera pas pour vous. La reconstruction de Grim Fandango porte surtout sur ses mécaniques qui restent en substance celles d’un point’n click. Et si le jeu est plus lisse et plus joli qu’à l’époque, son but premier n’est pas le passage à une résolution HD, mais bien de corriger ses erreurs de jeunesse.

La mort dure quatre ans

Le “faux et usage de faux” ne concernera donc que les agissements propres et figurés des différents et attachants protagonistes de l’aventure. Du gauche Manny à l’accent séducteur au démon bonhomme Glottis, en passant par le révolutionnaire Salvador Limones et le cynique Hector LeMans, le casting de Grim Fandango est impeccable en qualité et en diversité. Il sert parfaitement l’humour noir et l’ambiance jazzy légère empruntant volontiers à l’Amérique des années 30, avec ses costumes, ses accents gangsters, ses grosses bagnoles, ses cabarets et une certaine sensualité qui sous-tend l’histoire d’amour en fil rouge. La bande sonore n’y est d’ailleurs pas étrangère, se teintant de notes de piano et de saxophone et se prétendant d’une grande richesse qui lui permet de s’adapter aux différents plans.

BN2EwxtWMNU7.878x0.Z-Z96KYq

La capacité de Grim Fandango à alterner son rythme en fait une de ses plus grandes forces. Ainsi, le soft n’hésite pas à changer de structure d’un chapitre sur l’autre (au total de quatre, correspondant aux années de voyage), proposant tantôt des environnements restreints et assez dirigistes, tantôt des zones plus ouvertes et plus propices à la recherche. Quoi qu’il en soit, les énigmes sont parfois bien retorses jusqu’à l’incompréhension et la frustration. Pourtant, la logique LucasArts est souvent là et le titre se veut friand des jolis jeux de mots, bien que moins bavard et porté sur l’incorporation de la rhétorique dans le gameplay que Monkey Island. Et si en plus, le doublage français est de cette qualité et s’il est possible d’accéder in game à des commentaires des développeurs originaux, nos cages à miel ne vont décidément pas s’en plaindre.

A retenir

Pour les uns, Grim Fandango n’avait certainement pas besoin d’être ressuscité. Pour d’autres, il était nécessaire qu’il renaisse parce que sa disponibilité était devenue très difficile. Surtout, il devait s’adapter à son temps et cette édition Remastered le lui permet, grâce à une jouabilité enfin correcte. Ses autres qualités, à savoir son esprit d’aventure, son humour, sa langue, son univers et ses personnages, sont quant à elles éternelles et ont survécu à l’épreuve du temps. Il s’agit bien là d’un monument dignement restauré.

Informations sur le jeu

Plateformes : PC – Mac – PS4 – PS Vita

Genres : Aventure – Point’n click

Développeurs : Double Fine Productions

Éditeur : Sony

Date de sortie : 27 janvier 2015 

3 réponses

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] ce monde cynique, il faut en parler. On a déjà donné raison à ces dires par le passé, avec Grim Fandango ou Dragon Quest VII et VIII plus récemment. Alors, vous nous permettrez d’évoquer tout autant […]

  2. […] mythiques sortis cette année-là. Jugez plutôt: Half-Life, The Legend of Zelda: Ocarina of Time, Grim Fandango, Banjo-Kazooie, The King of Fighters ‘98, Resident Evil 2, Starcraft, Gran Turismo, Fallout 2. […]

  3. […] au goût du jour. Pas le dernier à en profiter et à vous en parler cette année, avec notamment Grim Fandango Remastered et Majora’s Mask 3D, c’est avec le plaisir de pallier un manque dans son vécu vidéoludique […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *