maxresdefault

Ubisoft a connu une fin d’année 2014 pour le moins controversée. Dans l’œil du cyclone à cause du lancement chaotique de Assassin’s Creed Unity, l’éditeur canadien n’a pas su rattraper les erreurs de communication et l’accueil mitigé de Watch_Dogs. Il en a même commis d’autres plus grossières et n’a pas insisté suffisamment sur une orientation vers la scène indépendante, pourtant bienvenue et initiée par Child of Light et Soldats Inconnus: Mémoires de la Grande Guerre. La sortie de Grow Home le 4 février dernier a été par exemple très discrète, pour ne pas dire presque muette. Et c’est bien dommage, tant le titre de Reflections a du charme et pourrait participer, à sa petite échelle, à redorer l’image de l’éditeur.

Bud-E game

L’expérience proposée par Grow Home est courte, d’environ deux heures, mais elle ne manque pas de richesse. Avec des inspirations aussi diverses que Jack et le Haricot Magique, Minecraft, Shadow of the Colossus, Fez ou Wall-E, le soft de Reflections constitue un voyage qui ne sera pas non plus sans rappeler Journey, à la différence près que c’est dans la verticalité que B.U.D., le robot héros, amènera le joueur à tester son goût pour l’exploration. A l’œuvre de Phil Fish, Grow Home emprunte en effet l’univers suspendu balayé par le vent, la hauteur et la tonalité verte. B.U.D., pour Botanical Utility Droid, a pour mission de récupérer les graines de la Star Plant, énorme végétal qui servira à la fois d’objet et de moyen de sa quête d’explorateur bionique.

maxresdefault (1)

En effet, le but principal est de repartir de la planète où le robot vient d’atterrir en regagnant le vaisseau flottant à 2000 mètres d’altitude, via les tiges de cette immense plante. Grow Home, vous aurez ainsi tout compris au titre. Les instructions sont assez rares, mais toujours concises et données par l’ordinateur de bord, l’interactivité se faisant plus par la découverte, le non verbal ou le regard attachant et reconnaissant d’un mouton que l’on vient de libérer d’un obstacle de pierres. Et par la remarquable profondeur de champ qui réussit à faire ressentir un vrai vertige et l’envie de simplement se poser pour profiter du panorama, comme tout bon représentant du voyage vidéoludique. D’autant que la réalisation sait jouer d’effets de lumière et de couchers du soleil pour offrir des teintes estivales apaisantes.

Freine, bordel!

Outre ce cheminement principal parfois un répétitif, Grow Home propose des objectifs annexes qui augmentent sensiblement la durée de vie et donnent l’occasion de découvrir l’univers polygonal sous toutes ses facettes. Il y a notamment la quête des cristaux disséminés un peu partout, et souvent nichés dans des recoins et des îlots plutôt difficiles d’accès. B.U.D. pourra également étudier la flore locale, la faune étant malheureusement moins diversifiée que son homologue végétale. Les marguerites serviront par exemple de parachutes bien utiles, perdant leurs pétales petit à petit. Les grosses feuilles, quant à elles, permettront des déplacements plus aérodynamiques quoique basés sur une physique pas facile à appréhender.

152536

Comme peuvent l’être parfois les phases d’ascension, lesquelles reposent sur un principe proche de Shadow of the Colossus, avec un gameplay utilisant les gâchettes gauche et droite (on conseille d’utiliser celles de tranches, plus confortables) correspondant respectivement aux mains de B.U.D.. Il faudra en effet s’accrocher et alterner les pressions pour grimper petit à petit. Cependant, l’angle de prise est parfois imprécis car dépendant de l’orientation de la caméra, pas toujours irréprochable. La partie système bugue à l’occasion, en ne proposant pas d’issue de secours (ni save, ni exit). Mais surtout, le défaut principal de Grow Home reste cette jouabilité très glissante et cette inertie trop flottante qui voient B.U.D. s’arrêter à contretemps, par moments impossible à freiner. Frustrant, car cela occasionne des chutes non voulues et donc des montées à reprendre depuis un point plus bas.

A retenir

Design attachant, ambiance bucolique, vues macroscopiques, Grow Home possède suffisamment d’atouts pour mériter de s’y attarder les quelques heures qu’il demande, malgré quelques défauts de conception et de gameplay. Comme d’autres titres typés indépendants, les idées proposées ne demandent qu’à être corrigées, concrétisées et ajustées pour donner un titre plus accompli. On n’aurait rien contre un Grow Home 2 plus riche, plus étoffé et bénéficiant de cette première expérience déjà plutôt agréable.

Informations sur le jeu

Plateforme : PC

Genre : Plateforme

Développeurs : Reflections

Éditeur : Ubisoft

Date de sortie : 4 février 2015 

1 réponse

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *