NEORETROkolm1

Vous le savez, nous le savons, le retrogaming dépasse le fait simple fait de jouer à des jeux anciens, dits « dépassés ». Non, l’âme des mythes fondateurs de la playhistoire (encore une fois, je pique le terme à Florent Gorges, autorité dans l’approche historique des pépites vidéoludiques) est toujours vivace, habite l’inconsciente de la génération actuelle de créateurs de jeux en leur donnant le goût de l’expérimentation ludique, du voyage, du rêve. Et l’on retrouve la trace de ces Grands Anciens dans bon nombre de domaines, notamment dans les replis de la toile, les jeux gratuits du net, autant de déclarations d’amour plus ou moins heureuses aux jeux retros. Donc du retro contemporain. Bref, du Néo Retro, quoi! Et aujourd’hui, LSR vous propose de revenir sur une petite perle de poésie sous la forme d’un court jeu de plateforme : K.O.L.M.

Mother Mystery

Non, votre écran est bien réglé, c'est simplement l'interface visuel de votre personnage qui est kaput!

Non, votre écran est bien réglé, c’est simplement l’interface visuel de votre personnage qui est kaput!

Bien que souvent, les jeux de cette scène reposent sur un effet de surprise lors de la découverte qu’il est criminel de spoiler, je ne peux pas ne pas poser le contexte. Je vais néanmoins essayer de vous gâcher le moins possible l’expérience. C’est donc sur une musique triste que vous vous éveillez, l’écran de jeu est flou, saute un peu. Vous distinguez une forme carrée à l’écran qui se traine péniblement lorsque vous tentez de vous déplacer. Sous l’écran de jeu, un interface de dialogue s’anime. Un personnage, qui semble être la mère du pauvre robot déglingué à l’écran, vous plaint, et vous enjoint à récupérer différentes pièces de votre corps, de vous réparer, car vous avez une mission à accomplir. Quelle mission, vous ne le saurez que plus tard. Pour l’instant, vous avez du pain sur la planche, car votre condition actuelle ne vous permet même pas de percevoir correctement. D’upgrade en upgrade, votre vision devient nette, vous pouvez sauter, courir, ramper, tirer…etc. Votre mère vous accompagne virtuellement tout au long de cette aventure, et ses remarques oscillent entre tendresse et autorité, avec des pointes d’agacement. Mais vous semblez ne vivre que pour combler votre mère, et vous suivrez donc ses conseils jusqu’au bout de l’aventure, tout en explorant consciencieusement ce lieu étrange.

Sad Pixel, Beautiful Game

L'immersion passe aussi par l'interface d'action, entre la boite de dialogue, mais aussi l'écran de jeu comme perçu par des caméras de sécurité.

L’immersion passe aussi par l’interface d’action, entre la boite de dialogue, mais aussi l’écran de jeu comme perçu par des caméras de sécurité.

K.O.L.M. marque par son ambiance générale, empreinte d’une mélancolie et d’une poésie toute particulière. On se retrouve face à un genre bien spécifique aux jeux du net, les one-level-plateformers, où tout se déroule dans un seul niveau, l’exploration des zones hors d’atteinte devenant possibles une fois certains upgrades trouvés. Mais là où l’excellente série des Robot Wants jouait clairement la carte du pixel art et laissait défiler le niveau en continu avec un système de checkpoint, narguant le joueur en le laissant voir l’objet de sa quête dès l’écran de départ, presque à portée de saut, K.O.L.M. tire ses spécificités de son gamedesign particulièrement soigné. Tout semble narré à travers différentes caméras de sécurité, avec un écran un peu « flottant », divers degrés de zoom, des glitches analogiques particulièrement bien rendus, une bande son irréprochable. La maniabilité n’est pas en reste, d’une souplesse et d’une précision exemplaire, et le parti-pris pixel art est tout à fait raccord avec l’ensemble. Le scénario simple et efficace, émouvant, prenant, réussit lui aussi à tirer son épingle du jeu et à donner à K.O.L.M. cette aura particulière. Bref, une petite perle de poésie vidéoludique méritant clairement sa place dans notre rubrique Neo Retro, et que je vous invite vivement à découvrir, et d’enchaîner sa suite, K.O.L.M. 2 dans la foulée. Par contre, si vous avez les larmes faciles, venez pas vous plaindre après, moi, je vous aurai prévenu, hein!

Informations sur le jeu

Plateforme : Web

Genre : Plateforme

Auteur : The-EXP

Éditeur : ArmorGames

Date de sortie : 17 décembre 2010

Lien :  http://www.newgrounds.com/portal/view/556643

6 réponses
  1. Le serpent
    Le serpent dit :

    Je recommente derrière moi ^^.
    je viens de le finir ! Vraiment génial ! Et quelle bande son ! Je vais me faire le 2 de ce pas !

    Répondre
  2. Le serpent
    Le serpent dit :

    bon ben je viens de finir KOLM 2.
    C’est vraiment une suite directe, sorte de jeu en épisode puisqu’on garde tous les pouvoirs acquis dans KOLM 1 et qu’avant de lancer le jeu ils t’expliquent bien qu’il faut d’abord avoir fait KOLM 1.
    Le jeu est mieux en tout point et on a parfois l’impression de jouer en coop… Mais tout seul !

    Par contre, il est beaucoup plus court… Plus de moitié moins que le premier épisode

    Répondre
    • Toma Überwenig
      Toma Überwenig dit :

      Ah!! Je suis vraiment content que tu aies été touché par ce qui compte parmi mes jeux favoris du net, dans le domaine pixel art poétique!
      La jouabilité est parfaite, le scénario est simple et prenant, la narration est exemplaire, vraiment, rien à redire sinon que c’est trop court!! Je veux le 3!!!!

      Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Kongregate, proposant des heures de bonheur et nombre de petites perles vidéoludiques comme KOLM ou Time Fcuk, testés dans ces pages. Et n’oublions pas que Meat Boy, avant de devenir Super, […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *