Il existe des jeux qui vous marquent durablement dans votre vie de joueur, des jeux qu’on ne peut pas oublier une fois qu’on y a touché et qui ont le don de vous faire ressurgir nombre de souvenirs mélancoliques… Nights : into dreams sur Sega Saturn, en fait incontestablement partie. Un jeu méconnu du grand public mais qui aura pourtant été le symbole d’une console qui, bien que possédant des titres de qualités, aura été écrasé par la toute puissance de la Playstation. Oui, on peut bien parler de symbole, car bien plus que Sonic, le personnage de Nights avait pour but, durant cette courte période 32 bits du constructeur, d’être la véritable mascotte de Sega. Et comme un symbole également, Nights n’aura pas eu le succès qu’il méritait et sera peu à peu oublié par le plus grand nombre. Probablement une grande injustice…

Voyage au pays des rêves

Nos 2 jeunes héros !

Nights : into dreams reste un jeu comme on en fait plus (ou si peu), un jeu qui vous invite dans un monde poétique où le cheminement de votre esprit aura bien plus d’importance que votre destination. C’est ainsi que l’on se retrouve dans le monde de Nights en compagnie des principaux protagonistes du jeu : Elliot et Claris. Ces 2 enfants ont chacun leurs propres soucis qui les mènent le soir venu à être la proie de terribles cauchemars. Oh rien de bien extraordinaire ou de dramatique, rassurez-vous ! Des petits problèmes d’enfants de 10/12 ans comme le fait de ne pas réussir à s’imposer dans son équipe de basket-ball pour le premier ou d’avoir échoué à un casting de chant pour la seconde. Et si le speech de l’histoire semble complètement désuet dit de cette façon, il prend un aspect beaucoup plus envoutant par la présence de Nights. En effet, ce dernier, que l’on pourrait qualifier de chasseur de cauchemars sous ces aspects d’arlequin volant féérique, décide d’apparaitre dans les rêves de nos 2 héros et de les aider à lutter face à l’obscurité triste de leurs nuits puis de les inciter à surmonter leurs angoisses une fois le jour venu. Pour se faire, Nights les emmènera dans plusieurs mondes enchantés afin de les préparer et de les inciter à affronter leurs peurs. Une sorte de thérapie par le rêve qui si elle n’existe évidemment pas réellement (à moins que…) aura malgré tout l’intérêt de plonger le joueur dans un environnement qu’il n’est pas prêt d’oublier.

2 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *