En route pour de folles escapades

Un des 1er jeux sur NES à inclure des cinématiques, du grand art !

Un des 1er jeux sur NES à inclure des cinématiques, du grand art !

Un grand jeu mérite une grande qualité et Tecmo à mis les bouchées doubles  pour nous offrir un titre de qualité, les graphismes sont beaux, les décors et les ennemis sont bien modélisés même si parfois on se noie dans une pluie de pixels qui nous fait mal distinguer items et ennemis dans le décor. Les environnements des 6 niveaux restent assez variés comme les tableaux dans les niveaux qui ne se ressemble jamais, mais le summum du luxe tient à la musique : elle change également quand on change de tableau dans un même niveau, je dis pas mal du tout! Même chose pour les ennemis qui changent à chaque level, même si il arrive de retrouver des vieux potes des niveaux précédents. Autre marque de soin et grande première dans Shadow Warriors : des cinématiques animées permettent de comprendre l’aventure de notre ninja, ce qui donne au jeu une autre dimension beaucoup moins bourrine où l’on ne se contente pas de jouer un mec qui pourfend des ennemis à la pelle. La narration est terriblement efficace même si on n’a pas le scénario du siècle – si Metal Gear avait utilisé ce même procédé un an plus tôt, le jeu aurait eu un autre aspect autrement plus grandiose. En haut de l’écran un afficheur comme on en retrouve sur la plupart des jeux NES indique le niveau en cours, votre score, votre barre de vie et celle de votre ou vos ennemis et les items et autres shurikens restants, ainsi que le chrono (satané idée!!!). Si l’aspect graphique vient d’être traité on s’attaque à la bande son, et elle est tout simplement excellente, les musiques des niveaux sont rythmiques et dynamiques et même dans les tableaux d’un même niveau les mélodies ne sont jamais les mêmes mis à part celle contre les boss qui ne change jamais. Les bruitages sont banals : à part les bruits de pas de Ryu, les sauts, les collecte d’items et ses coups de sabre, le niveau sonore n’est pas des plus évolués mais reste acceptable, ne donnant jamais dans la surenchère. En fait, c’est ni trop ni trop peu, juste comme il faut pour un jeu de ce genre. Des graphismes à la hauteur une bande son des plus intenses et agréables, et une durée de vie qui reste acceptable en fonction de votre niveau – en gros si vous êtes nul attendez vous à avoir des cernes, mais si vous êtes bon vous pouvez finir le jeu en quelques heures, surtout que le jeu n’offre aucun système de sauvegarde donc y a pas le choix, ‘faut aller jusqu’au bout ou payer un facture d’électricité des plus salées si vous êtes fébriles. Pour conclure, Shadow Warriors est le début d’une saga qui marqua le monde vidéoludique du 1er épisode à ceux sur Xbox, la difficulté reste légendaire, donc si vous êtes avide de défis vous tapez à la bonne porte, surtout que le jeu aplus de 20 ans et c’est toujours un plaisir de jouer, il n’a pas pris une ride vous ne le regretterez pas. Les autres, passez votre chemin sous peine d’être hanté par ce jeu.

A retenir

Un grand jeu à ne rater sous aucun prétexte, l’ambiance est là, graphismes, bande-son, gameplay et un système de narration unique à son époque, Shadow Warriors met les bouchées doubles pour séduire le plus grand monde possible, mais attention, il n’est pas conseillé de le mettre entre toute les mains car sa difficulté est vraiment présente. Si vous avez une NES il se doit de figurer dans votre panthéon. Il serait dommage de passer à côté vu que la qualité est présente et même une vingtaine d’années plus tard il n’a pas pris une ride, de plus il est abordable pour toute les bourses, en fouinant sur le net, vous trouverez cette légende.

Informations sur le jeu

Plateformes : Amiga – Amstrad CPC – Atari ST – Commodore 64 – NES – PC-Engine – Master System – Game Boy – Game Gear – Lynx

Genres : Plate-forme – Action

Développeurs : Tecmo Hi-Tech Expressions

Éditeur : Tecmo Hudson Soft

Date de sortie : 1990 (Amiga, Amstrad CPC – Atari ST – Commodore 64 – Lynx) – Août 1991 (NES) – 1991 (Game Gear) – 1992 (PC-Engine – Master System – Game Boy)

excellentYannou

8 réponses
  1. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    Excellent test, mon Yannou!
    Et ça remet bien les choses en place, car personnellement, j’ai tendance à laisser de coté les jeux NES, vu que je n’y ai pas joué quand j’étais gosse, et me dire que les choses intéressantes commencent vraiment avec la SuperFamicom (oui, je sais, hérésie!!).
    Du coup, le test musical de Megaman 2 par l’ami Garr m’avait déjà fait une bonne piqûre de rappel, et toi tu débarques avec Shadow Warriors, histoire de bien (me) faire rentrer dans le crâne que tu peux trouver ton compte sur Nintendo même si tu n’es pas fan de Mario ou Zelda, et ça, c’est bien!
    Et c’est clair que la réalisation est hallucinante!
    La NES m’avait déjà claqué au sol quand j’avais essayé le shooter complètement cintré Recca, et là, je suis de nouveau en train d’utiliser une spatule pour me décoller du mur tellement Shadow Warriors frappe fort!
    moralité : ce n’est ni la taille, ni le nombre de bits qui compte…

    Répondre
  2. Le serpent
    Le serpent dit :

    Quel bon souvenir avec Yannou.
    On est resté bloqué àp l’avant dernier stage, et bloqué longtemps ! 2h environ. Jusqu’à l’abandon…
    Il faut avoir des réflexes de ouf, mais bizarrement, le jeu n’est pas frustrant !

    Très bon souvenir encore une fois mon Yannou !

    Et Toma, fonce y jouer ^^

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *