Une histoire de comparaison

Alors certes, le jeu est vieux c'est un fait, mais grâce au look cartoonesque, il a plutôt bien vieilli

Alors certes, le jeu est vieux c’est un fait, mais grâce au look cartoonesque, il a plutôt bien vieilli

Le développement commença enfin, l’équipe est chapeautée par Chris Hewett (F.E.A.R) avec toujours comme Chief Game Designer Craig Hubbard et Musicien en chef Guy Whitmore. L’équipe de développement au total était composée d’une quarantaine de personnes, ce qui a pu laisser à Monolith Productions de la marge pour créer leur propre moteur graphique LITHTECH. Pour monter NOLF, l’équipe s’est inspiré essentiellement de séries de la période 60′, avec bien sur les James Bond, mais aussi la série Chapeau Melon et bottes de cuirs. L’écriture du jeu a été une des caractéristiques les plus soignées, le but était de retranscrire ces personnages typiques de l’époque avec également des antagonistes qui jouent sur la fibre théâtrale à la manière des James Bond. L’équipe s’est aussi inspirée de la série de Mel Brooks Get Smart pour ajouter une touche d’humour et d’ironie nécessaire pour que le jeu ne soit pas pris au premier degré – et on va dire que ça a plutôt bien fonctionné.

no-one-lives-forever-0005

Alors comme ça on ressemble trop à Goldeneye ? PREND DES COULEURS PSYCHES SUR LA GUEULE JOURNALISTE DU DIMANCHE !

Malgré tout, un problème se pose au moment de sa présentation lors de l’E3 1999, beaucoup de journalistes ont comparé à tort le jeu à Goldeneye 64 de Rare. Qui plus est, le personnage principal du jeu n’était pas encore Cate Archer mais un vulgaire espion générique. Suite à cet événement, l’équipe se concentre à changer le scénario, la mise en scène, le level design et le personnage principal, un problème plutôt fâcheux, car ils sont à 8 mois de la sortie du jeu. Le scénario est réécrit pour que le jeu ne soit pas une copie d’un James Bond, mais d’une parodie, en effet, le jeu met en conflit deux agences de renseignement qui ne s’empêche pas de se faire des coups dans le dos et s’envoyer des punchlines dignes du Grand Détournement. Pour le design de Cate Archer, Eric Kohler (Shadow of Mordor) s’est inspiré d’une photo du mannequin et actrice Mitzi Martin (Dude where is my car ?), cette femme au charme particulier entre provoquant et naturel, inspire les créatifs pour le personnage principal.

600full-mitzi-marti

Classe et volupté, toujours les maîtres mots du LSR Crew

1 réponse
  1. courts
    courts dit :

    No One Lives Forever était un bon FPS sur PC, mais je n’avais pas aimé sa version ultérieur sur PS2. Dans tout les cas je crois que c’était le premier jeu que je jouais avec une femme en personnage principal.

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *