Sorti en 2001 au Japon et aux États-Unis, puis un an plus tard sur le Vieux Continent, Pikmin fait partie de ces jeux qui ont rencontré un succès quasi-immédiat auprès de la presse spécialisée comme du grand public. Fait pas très étonnant quand on sait que son créateur n’est autre que Shigeru Miyamoto (à qui l’on doit un certain Mario), la légende disant qu’il ait eu l’idée du jeu en observant tout simplement son jardin. Mais comment un jeu qui paraît puéril à première vue peut-il avoir suscité autant d’engouement ? Explications.

Full Vegetal Jacket

Le premier contact avec un Pikmin est un moment singulier.

Avant d’aller plus en avant dans la présentation du jeu, laissez-moi vous conter le pitch de départ du jeu. Tout commence lorsque le capitaine Olimar, sorte de petit lutin cosmonaute haut comme trois pommes et accessoirement le héros du jeu, effectue un voyage interstellaire de routine à bord de son vaisseau, le Dolphin. Tout se déroule pour le mieux jusqu’à ce qu’une météorite heurte brutalement le vaisseau. Le choc ayant gravement endommagé le Dolphin, Olimar n’a d’autre choix que d’atterrir en catastrophe sur une planète non répertoriée sur la carte. Bien qu’ayant survécu au crash, le pauvre Olimar découvre que sa situation est bien précaire : le  vaisseau a perdu une trentaine de pièces lors de son entrée dans l’atmosphère de la planète, pièces qui sont évidemment indispensables au bon fonctionnement du Dolphin. De plus, la planète étant inconnue de son peuple, Olimar ne peut pas espérer que des secours viennent le chercher. Enfin, comble du malheur, l’atmosphère de la planète se relève être toxique pour Olimar, qui ne peut compter que sur la réserve d’air de sa combinaison pouvant tenir trente jours, pas un de plus. Évitant de penser à tout ces désagréments, notre bon Olimar part explorer les environs du site du crash, dans l’espoir irréel de retrouver les pièces manquantes. Il ne tarde pas à tomber sur un peuple d’étranges créatures mi-animales mi-végétales : les Pikmins. Ces derniers se révèlent être très sympathiques et vont spontanément aider Olimar dans sa quête des pièces manquantes, s’engage alors une course contre la montre pour réunir toutes les pièces avant la fin des trente jours.