Pour tous les amateurs de jeux de plateforme 3D, Ratchet & Clank doit surement vous dire quelque chose. Obligatoirement. Ou alors vous êtes trop jeunes pour l’avoir connu sur tantine PlayStation 2 et dans ce cas vous êtes au bon endroit pour (re)découvrir ce titre qui a su occuper des journées (et nuits!) entières de toute une génération de joueurs.

Vous avez dit Lombax ?

Voici le premier héros de l'aventure: Ratchet! Le tas de muscles de l'aventure, il distribuera la plupars des torgnoles. Il sert aussi de pilote et de mécano.

Voici le premier héros de l’aventure: Ratchet! Tas de muscles de l’aventure, il distribuera la plupart des torgnoles. Il servira également de pilote et de mécano.

Dans ma jeunesse… Pardon. Dans les années 2000, la sortie de Jak and Dexter développé par Naughty Dog (les papas de Crash Bandicoot) titille l’intérêt d’un autre studio également spécialisé dans les jeux de plateforme 3D : Insomniac Games (les papas de Spyro le Dragon). Voyant le succès de leur concurrent, ils décidèrent de développer leur jeu qui deviendra une totale réussite, jusqu’à s’imposer comme un standard du genre : Ratchet & Clank. En même temps, il avait de quoi séduire, l’animal! Entre la cohérence de son univers ainsi que la qualité et la diversité des habitants décalés qui le peuplent, le gameplay réglé aux petits oignons, ses graphismes étonnants, ses mondes vastes et nombreux, ses personnages bien animés et ayant tous une petite touche d’humour, l’entrée en scène de cette nouvelle licence ne pouvais tout simplement pas laisser indifférent ! Insomniac Games nous a livré la une preuve incontestable de leur savoir-faire en la matière, un pur régal.

Moi je dis Clank !

Voici le cerveau de l'aventure. Doté d'une sensibilité quasi humaine, il est capable de se transformer en divers gadgets utile.

Voici le cerveau de l’aventure… ou pas. Doté d’une sensibilité quasi humaine, il est capable de se transformer en divers gadgets utiles.

Si nous devions faire le tour de R&C en tant que joueur aguerri par de nombreuses heures passés a jouer sur d’aussi nombreux softs, nous aurions tendance à penser que Ratchet & Clank ressemble à beaucoup à un jeu de plateforme classique : personnages rigolos comme nous avons pu en voir partout essayant de se démarquer, saut et double saut, attaques classiques et banales, évolution des capacités de notre personnage via des power up et autre utilisation de gadgets vus et revus… Bref, un jeu qui ne présente que peu de réelles nouveautés en somme. Sauf que. C’est exactement là que réside le piège ou plutôt le génie de ce jeu : la réutilisation d’éléments classiques avec la mixité de réelles nouveautés (parfois bien cachées) nous fait prendre, sans que nous n’y prenions garde, le chemin de devoir découvrir l’envers des rouages qui composent le jeu jusqu’à vous faire happer par le scénario et vous ne penserez bientôt plus à rien d’autre que d’en découvrir plus, jusqu’à vous surprendre d’avoir fini le jeu ! Mission accomplie pour les gars d’Insomniac Games : nous faire passer du temps sur le jeu sans s’en rendre compte, quitte à y passer ses nuits (notez le jeu de mot foireux avec le nom du studio!) : c’est balaise!

1 réponse
  1. Le serpent
    Le serpent dit :

    Ahahah

    Le manga tout moisi !
    Et ben belle description. J’adore cette série ! Et à part Gladiator, aucun épisode ne m’a pour l’instant déçu.

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *