Dirigisme

L’apprentissage des compétences se fait via un échiquier, à mi-chemin entre le sphérier de FFX et le damier de FFXII. Pour assimiler une technique de combat ou un bonus de constitution, le joueur devra placer dans les emplacements idoines un nombre requis d’objets. L’accès à certains endroits de l’échiquier ne sera disponible qu’à condition d’avoir déjà débloqué d’autres attributs. Si ce système évite la lourdeur de FFXII et de ses permis à acheter, on ne peut s’empêcher d’avoir le sentiment que le jeu décide de l’endroit et du moment où vous apprendrez telle ou telle capacité. De plus, vu le peu de sens tactique que vous demanderont la plupart des combats, l’utilité de certaines est limitée. Et on aurait aimé également, à défaut de vraiment la contrôler, pouvoir un peu personnaliser la progression des personnages, comme le permet FFXII par exemple.

Rogue-galaxy-20061206103106083_screen001

L’évolution de l’armement reprend les formules déjà vues dans Dark Chronicle ou DQ VIII. Vous obtiendrez de meilleures armes en fusionnant deux d’entre elles (en les ayant auparavant dotées d’assez de points dits de ‘fusion’: pour cela, une quinzaine de combats suffit). Mais là encore, Rogue Galaxy fait simpliste. Si Dark Chronicle nous demandait un peu d’ingéniosité en trouvant des idées d’assemblage entre différents objets, et si dans Dragon Quest VIII, il fallait dénicher des recettes en fouillant à droite à gauche, il n’est ici question que de fusions d’armes pour en obtenir une troisième. Grâce à ce système, on arrive un peu trop facilement à l’arme ultime de chacun des personnages, et on ne retrouve pas la satisfaction inégalée d’avoir bataillé pour l’obtenir. Dernier point : chaque arme possède des caractéristiques élémentaires que vous ferez évoluer grâce aux victoires. Cependant, ces dernières n’ont pas un vrai impact dans les combats, tant l’aspect n’a pas été développé, faisant la part belle à l’action brute.

Esprit d’entreprise

Fort heureusement, le tableau n’est pas tout noir. En effet, Rogue Galaxy propose une multitude de quêtes annexes et de mini-jeux tous plus intéressants et profonds les uns que les autres. Vous pourrez faire grimper votre nom dans le classement des chasseurs, après avoir vaincu un certain nombre d’ennemis de la même catégorie, ou après avoir accepté la traque d’un gros monstre. Vous pourrez aussi vous essayer à l’Insectron, jeu dans lequel vous ferez combattre des insectes. Et enfin, vous aurez le privilège de synthétiser vous-même certains objets via l’usine, au sein de laquelle vous devrez composer vos propres circuits de production. Notez cependant que ces deux derniers jeux sont tout à fait dispensables pour terminer l’aventure principale, mais peuvent se révéler intéressants (en termes de récompenses) pour ceux qui voudront explorer le vaisseau fantôme disponible après une partie de Rogue Galaxy terminée (une bonne habitude prise par Level-5, quiconque s’est retrouvé coincé dans sa quête des armes ultimes à cause des villes inaccessibles du 4e CD de FFVIII ne peut qu’acquiescer). Toutes ces choses font durablement augmenter la durée de vie du soft et on atteint la centaine d’heures sans problème.

Insectron 3--screenshot_large

A retenir

Malgré un chara-design sympathique servi par un cel-shading toujours aussi bien maîtrisé, une durée de vie conséquente, des quêtes secondaires nombreuses et des combats pêchus, Rogue Galaxy rate le coche. La faute à un scénario prévisible, une bande-son sans véritable envolée, des donjons beaucoup trop longs et répétitifs, un manque de profondeur tactique, des décors maladroits et un système assez simpliste. Ses défauts font de Rogue Galaxy un titre que l’on a du mal à vouloir découvrir pleinement, et ses qualités ne peuvent que nous le faire regretter : le tableau général nous laisse ainsi mi-figue mi-raisin. L’attente était peut-être trop grande, après les derniers titres prometteurs de Level-5. Cela dit, les joueurs recherchant un RPG orienté action simple, sympathique et aux combats rythmés ne regretteront pas du tout leur achat. Et ceux ayant accroché au soft se délecteront des nombreuses quêtes secondaires proposées et profiteront de sa richesse.

Informations sur le jeu

Plateforme : PS2

Genre : Action-RPG

Éditeur : Sony Computer Entertainment

Date de sortie : 5 septembre 2007

correct

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *