secondsight_PC_16-52-47-60

Arriver a ce stade où potentiellement je devrai poser une conclusion pour dire que finalement le jeu que j’avais aimé plus jeune n’est plus la merveille auquel j’avais vu, mais non, il y a un détail qui fait que Second Sight fait parti de ces jeux qui marquent la playhistoire par leur force narrative spécifique au jeu vidéo, malgré qu’on retrouve des tonnes de clichés tout au long du jeu comme la vieille série B qu’il a voulu être probablement, les tenants et les aboutissants du scénario sont incroyables face à la fadeur du début. Attention tout de même, c’est à partir d’ici que ça va spoiler l’intérêt principal du jeu, ne vous inquiétez pas, j’insère les balises du futur.

Spoil

« If you know what is going to happen then you can stop it… »

Zener_Child

Au début du jeu, on nous donne l’objectif de trouver ce qui s’est passé en Sibérie, l’équipe entière de WinterIce s’est trouvée décimée à part John Vattic. Au fur et à mesure des flashback, dans le temps présent on retrouve au fur et à mesure les protagonistes principaux de l’opération soi-disant évincés. C’et alors qu’au fur et à mesure de l’aventure quand on commence à prendre de plus en plus de pouvoir et de flashback sur les événements antérieurs. John Vattic et le joueur se rendent compte que finalement, le destin de l’équipe se joue en Sibérie. Toute la partie où John vattic s’est réveillé dans le laboratoire n’est en faîtes que le fruit de l’imagination des cobayes du méchant communiste Docteur Grienko précédemment nommé au début de la review. Leurs pouvoirs de précognition (Second Sight en V.O) poussent John Vattic à réfléchir sur qui sont les vrais antagonistes de l’histoire en lui créant un futur possible si l’opération foire. Ce twist permet d’induire le joueur en erreur sur les intentions de départ de l’opération, les enfants que le docteur Grienko a utilisés comme expérience sont en faites le but initial la mission, en quelque sorte, les méchants c’est nous et les gentils c’est eux. Je l’avoue ce second twist est mauvais, mais sans le côté de la précognition, le jeu n’aurait pas une fin aussi originale et fine. Je suis même surpris que ça n’ait pas été réutilisé par d’autres jeux. L’autre détail amusant de toute l’histoire du jeu, comme je l’avais précédemment noté, c’est que Second Sight pourrait être un excellent film de seconde zone tant qu’il emprunte beaucoup de son découpage au film de sous-genre.

FIN SPOIL

Second Sight n’est pas un grand jeu, il fait partie de la catégorie des jeux peu amusants à prendre en main, ni esthétiquement et graphiquement dingue à regarder. Le jeu a été d’ailleurs un petit bide pour l’éditeur Codemasters, avec seulement un million d’exemplaires vendus sur quatre plateformes, le choix d’en faire une suite est définitivement clos. Bien sûr le jeu possède son charme ici et là, mais l’expérience reste en demi-teinte, on est plus cobaye d’un TPS un peu bâtard qu’une oeuvre vidéoludique à part entière. Pourtant, je vous conseille à tous d’y jouer et de pousser le vice jusqu’au bout pour le finir. C’est un jeu qu’on n’oublie pas grâce à sa fin plutôt bien amenée et plus fine qu’il n’y paraît.

Ps : Par ailleurs, faîtes plaisir à Free Radical (Crytek UK), envoyez vos chèques.

Informations sur le jeu

Plateformes : PC – Playstation 2 – NGC – Xbox

Genre : Action-infiltration

Développeurs : Free Radical

Éditeur : Codemasters

Date de sortie : 27 août 2004

Koreana_

3 réponses
  1. RadicalFunk
    RadicalFunk dit :

    Ca me fait un peu mal de lire ça, étant donné que lorsque je l’ai fait, encore ado à l’époque, je l’avais adoré, dévoré en une semaine à peine tellement le scénario et l’ambiance m’avaient captivé.

    Je reconnais ses défauts (même si perso j’ai pas trouvé le level design bordélique, au contraire – ce qui m’a posé le plus de problèmes à l’époque, c’était la caméra dans les angles exigus) mais ça me fait un petit pincement de voir ce jeu un peu obscur se faire à moitié descendre 🙁

    Voilà pourquoi j’aime pas faire des rétrospectives sur des jeux auxquels j’ai déjà joué, toujours peur de détruite mes souvenirs avec mon regard un peu plus adulte sur la chose.

    Répondre
    • Le serpent
      Le serpent dit :

      Bonjour radicalfunk.
      Tu vois en lisant le même texte on a pas compris la même chose. En lisant Koreana je me suis dis: il nous explique ce qu’est le game fées. En gros même si un jeu est bourré de défaut il peux être bien fendard quand même.
      Comme quoi ! Les textes de Koreana sont ambivalent

      Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *