TM_1

The Mission est une aberration!  Vous pouvez nous suivre sur Twitter et Faceb…ah on me dit qu’il faut que je fasse quand même le test. En pleine période de succès de l’Equipe de France de Football en 2000, le développeur EMG est chargé d’une mission spéciale. La société qui n’a même pas sa fiche Wikipedia est en effet engagée par Nike afin d’adapter une publicité (?) en jeu vidéo, profitant de la popularité grandissante de la Playstation. Mais entre faire un spot de 5 min et un jeu il y a un ravin, qu’EMG n’hésite pas à prendre avec tous les employés et leurs familles.

VIDE INTEGRAL

Luis Figo, cet homme fier...

Luis Figo, cet homme fier…

Pour les deux amnésiques qui souhaitent connaitre le « merveilleux » scénario, il faut revenir à la pub d’origine. Les meilleurs joueurs du moment (Figo, Ronaldo, Henry, …) sont appelés pour exécuter une mission spéciale. Un ballon unique est entreposé dans un immeuble secret, au beau milieu de lasers. Et comme si ça ne suffisait pas, une armée de ninja anti-football se tient en embuscade pour arrêter notre troupe d’élite spéciale. Pour s’en sortir, les joueurs se frayent un passage et défont leurs ennemis grâce à des tacles et des passes. Ce spot a eu son petit succès et ce « merveilleux scénario » est également celui du jeu vidéo. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que l’horreur frappe à notre porte. Dès l’introduction, la présentation des différents joueurs se fait au travers d’une vidéo qui fait mal mal aux yeux (le joueur du grenier a un terme pour ça). Les animations sont également semblables à une mauvaise blague, avec une armée de Playmobile courant en ombre sur un immeuble de Paris Marseille Racing et un Bioman du pauvre (et c’est dur) qui semble être le grand méchant. Du grand spectacle… et ce n’est malheureusement pas encore le jeu.  Une fois arrivé au menu, il est temps de choisir les deux joueurs à contrôler parmi un nombre incroyable de 9 personnages venus des quatre coins du monde . Et quels personnages!

MON DIEU QUE C’EST MOCHE

TM_3Le but d’un jeu « de marketeux » est de mettre en valeur le produit dont il est question. Eh bien dans The Mission…c’est plus une attitude condamnable qu’on voit. Les joueurs sont non seulement mal modélisés, ont des statistiques inutiles, mais les avatars de chacun sont compressés au maximum pour qu’on ne puisse pas identifier la personne.  Le jeu en lui même garde les mêmes critères de laideur, avec des décors gris qui tremblent au moindre mouvement, le tout dans un paradis des escaliers. C’est simple, si vous voulez découvrir ce qu’est l’effet d’aliasing, The Mission est le jeu parfait. D’ailleurs le hub (informations visibles à l’écran) est ce qu’il y a de plus raté, mélangeant des couleurs de mauvais goût, aliasing et clignotements par intermittence. Cette rigueur dans le développement par les pieds et la marque des pires truands. Pour information, ce jeu est sorti en 2000, après les petits jeux suivants : Final Fantasy 7-8, Metal Gear Solid, Crash Bandicoot 1 à 3, … Il y a donc aucune excuse de voir des graphismes digne des tentatives 3D sur Super Nintendo. De plus, lors des présentations du jeu dans divers salons, les démos ont tout bonnement été trafiquées, montrant des modèles dignes d’une Playstation 2. Un jeu réalisé à la va-vite.  Mais si seulement les graphismes étaient les seuls problèmes…

2 réponses
  1. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    C’est carrément fascinant, un tel niveau de sadisme, une dévotion aussi totale à la souffrance du joueur et la frustration du footeux! J’admire…

    Respect à toi, cher Flbond, de t’être infligé ce supplice!

    Ce qui me fascine le plus, c’est ce paradoxe dans la notion de jeu « commercial » désignant généralement les jeux (et albums) (et films) (et slips en cuir) (…euh…) à vocation exclusivement mercantile, au détriment de la qualité du produit. Mais le meilleur moyen d’atteindre l’objectif brouzouffe est justement d’assurer un minimum de qualité, quand bien même sans profondeur, pour que l’illusion puisse au moins tenir le temps de quelques parties (ou écoute) (ou visionnage) (ou enfilage) (…hum…).
    Ce jeu est donc un cas d’école particulièrement extrême…

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *