IL Y EN A PLUS,  JE VOUS LE METS QUAND MÊME ?

A deux c'est encore plus piteux.

A deux c’est encore plus piteux.

Aucune inquiétude, les mécaniques du jeu vont être abordés, car si les graphismes sont une chose, le game design en est une autre. Les différentes missions proposés se résument assez facilement : une arène, un ballon. Les deux joueurs sur le terrain ont plusieurs mouvements pour avancer dans le niveau : les passes, tirs et les tacles. Malheureusement, un premier ennemi appelé caméra se dresse devant nous. Elle fait en quelque sorte sa crise d’adolescence, et ça se confirme dans le seconde phase de jeu avec la récupération de la balle. Dans un temps limité, une succession d’ennemis vient nous apprendre la vie, et seul notre ballon peut les battre à coups de tirs ou de passes. En théorie c’est génial, mais en pratique c’est le chaos. Les caméras volent dans la salle, et ne suivront presque pas le joueur, mais petite touche supplémentaire : les joysticks analogiques ne sont pas gérés. Il faut donc orienter son avatar aux touches directionnelles, espérer que l’adversaire se place devant nous, ne pas être trop loin et mitrailler le bouton correspondant.  Cet enchaînement de qualité est répété dans l’ensemble des niveaux, et ne s’arrange pas quand on passe à son coéquipier…qui n’a pas d’ IA. Vous le sentez le jeu bon pour la poubelle ? En tout cas, les fans de football seront en colère face à la promesse de voir les stars du foot non tenue. Les fans de jeux vidéo quant à eux iront s’enfuir loin, et ce n’est pas le multijoueur identique au reste qui limitera les dégâts.

A retenir

The Mission est donc une aberration. Le jeu est une anomalie graphique, avec un travail digne d’une mauvaise maîtrise de Paint.  Les joueurs sont modélisés avec honte, et se ressemblent tous, évoluant dans un jeu très répétitif. Il ne peut même pas être considéré comme un nanar incompris, étant injouable et basé sur l’idée la plus incompréhensible : la pub. Une grosse daube commerciale ayant sombré,  dégoûtant Nike de retenter l’aventure (EMG ne fera plus aucun jeu).

Informations sur le jeu

Plateformes : PS1

Genre : Action Footballistique avec des Ninjas

Développeurs : EMG

Éditeur : Microïds

Date de sortie :  Décembre 2000

Flbond

2 réponses
  1. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    C’est carrément fascinant, un tel niveau de sadisme, une dévotion aussi totale à la souffrance du joueur et la frustration du footeux! J’admire…

    Respect à toi, cher Flbond, de t’être infligé ce supplice!

    Ce qui me fascine le plus, c’est ce paradoxe dans la notion de jeu « commercial » désignant généralement les jeux (et albums) (et films) (et slips en cuir) (…euh…) à vocation exclusivement mercantile, au détriment de la qualité du produit. Mais le meilleur moyen d’atteindre l’objectif brouzouffe est justement d’assurer un minimum de qualité, quand bien même sans profondeur, pour que l’illusion puisse au moins tenir le temps de quelques parties (ou écoute) (ou visionnage) (ou enfilage) (…hum…).
    Ce jeu est donc un cas d’école particulièrement extrême…

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *