YoshisNewIsland

A force de voir Yoshi apparaitre exclusivement dans les jeux estampillés Mario, on avait presque oublié que le dinosaure/dragon avait sa propre licence. Justice est donc faite avec un nouvel épisode de la série Yoshi’s Island sur 3DS qui vient s’incruster comme un cheveu dans la soupe juste avant le futur Yoshi « Epic Yarn » prévu sur Wii U.

Alerte Enlèvement

20 ans après, la recette ne change pas.

20 ans après, la recette ne change pas.

Sorti du chapeau d’Iwata lors d’un banal Nintendo Direct, Yoshi’s New Island nous propose de replonger dans l’univers molletonné et coloré propre à la saga avec pour objectif de faire du neuf avec du vieux. En témoigne le titre ultra banal gratifié d’un « New » calé à l’arrache qui n’est pas sans rappeller les bons mais redondants New Super Mario Bros. Au moins, on sait tous d’avance qu’on va retrouver le gameplay d’antan, le même univers, le même « scénario » et les mêmes sensations que l’original. Bref, un recyclage dans les règles comme Nintendo sait si bien le faire depuis perpèt’ et qui va se vendre par camions…. une telle audace mériterait presque  des applaudissements. Malgré la mignonne mais courte introduction, on arrive déjà sentir au fond de la gorge ce mauvais goût de déjà vu. Au pays des bisounours, les parents ne font pas les enfants comme tout le monde car c’est trop mainstream : c’est en effet la Cigogne qui livre les nouveaux nés à leurs parents. Mais stupeur, alors que Bébé Mario et Luigi sont déposés à leurs parents, ces derniers signalent à la Cigogne que ce sont pas leurs enfants. Trompés sur la marchandise, ils exigent un remboursement. La livreuse fait donc marche arrière et se fait voler Bébé Luigi par Tonton Emile Kamek qui aime décidemment trop bien les enfants. Durant le choc, Bébé Mario chute (encore) sur l’île Oeuf où une portée de Yoshi bienveillants le réceptionnent et vont l’aider à travers 6 mondes afin de sauver son frangin. Une histoire craquante à souhait pour faire pleurer dans les chaumières, mais pas les gamers qui connaissent ce synopsis depuis 1995, et à nouveau avec Yoshi’s Island DS en 2006… Guère étonnant puisque le studio responsable de ce nouvel épisode, Arzest, est composé d’anciens membres clés de Artoon déjà responsables de la version DS…

La taille de l'œuf laisse perplexe : comment a-t-il pu pondre un engin pareil ? Aie.

La taille de l’œuf laisse perplexe : comment a-t-il pu pondre un engin pareil ? Aie.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que New Island reprend parfaitement tout de la licence : la plate-forme 2D est servie d’un level-design réussi avec pièges et trous bien placés. Comme d’ordinaire, Yoshi doit traverser 8 niveaux par monde avec pour seules attaques le gobage d’ennemis (pour les démouler en œufs) et un saut rodéo (pour le plaquage au sol). Les projectiles-oeufs serviront à dégommer à distance les ennemis, récupérer des pièces inaccessibles ou activer des interrupteurs. Alors qu’ils avaient la faculté de rebondir plusieurs fois contre les murs, les œufs sont étrangement plus fragiles qu’avant. L’intérêt de les faire rebondir fait changer la couleur de l’œuf : par exemple, un œuf devenu jaune éclatera avec des pièces lors d’un impact sur un ennemi.  D’un point de vue général, Yoshi semble un peu plus rouillé qu’avant, les déplacements sont un poil plus lent et une désagréable animation d’une seconde vient géner le joueur lorsque Yoshi prend un œuf à l’arrêt pour le lancer. Parlons maintenant des nouveautés… inexistantes. Là où Yoshi’s Island DS avait tenté du nouveau en introduisant une portée de nouveaux bébés avec leurs pouvoirs respectifs, ici on ne retrouve que le duo Yoshi + Bébé Mario de toute sa banale splendeur. Le seul ajout « majeur »  est la fonction gyroscope de la 3DS mis à contribution pour les transformations de Yoshi en hélicoptère, sous-marin, etc. Quant à Bébé Mario, qui pouvait se transformer en Super Mario grâce à une étoile pour sprinter et escalader les murs, il laisse désormais la place à sa monture qui acquiert l’invincibilité. Pour finir, Yoshi a désormais la faculté de pondre du gros calibre en gobant des Maskass géants pour éclater tous les obstacles sur son passage. Une variante existe en métal et elle est assez intéressante : Yoshi a du mal à sauter mais le poids de l’œuf lui permet d’explorer les fonds marins en coulant à pic. Dans ces phases là où ne sait pas ce qu’il y’a en dessous de Yoshi, on regrette un tantinet que l’action ne se déroule plus sur les deux écrans de la console comme Yoshi’s Island DS afin de gagner en visibilité.

1 réponse

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *