« On peut le faire partout ? » Oui mdame, dans un parc, dans la forêt ou dans le métro.

Angry Birds

Parfait pour du Merchandising

Parfait pour du Merchandising.

En sortant sur iOS en décembre 2009, Rovio Entertainement ne s’attendait en aucun cas à un raz de marré de cette ampleur. Dans une simplicité remarquable, Angry Birds a popularisé le système des petits jeux gratuits sur portable et tablette. La deuxième explosion de la porte restreinte du jeu vidéo vers les casuals. Une troisième machine pour produire des jeux vidéo et gagner son pain, les portables équipés d’iOS ou Android permettent désormais de jouer à autant de jeu que sur les consoles, bien sûr , il y a son lot de jeux affreux, mais le public en redemande quitte à accepter une mode qui s’est installée aussi vite que les jeux pour portables : le Freenium. Alors oui et non, disons que la mode des micro transactions viennent autant des MMORPG PC que des jeux mobiles également, la plupart des jeux étant gratuits, les éditeurs tels que Rovio se devait de trouver une feinte pour engranger des recettes. Bloquer la progression à une limite quotidienne où acheter un pass qui vous permettra d’avancer comme bon vous semble, acheter des armes ou des moult-costumes. Des multiples avantages à la con ont foisonné sur beaucoup de ces jeux mobiles. Angry Birds a ouvert la voix à d’autres jeux qui sont aujourd’hui des incontournables, pensons à Plants VS Zombies, Candy Crush Saga ou Jetpack Joyride.

« Dois t-on s’abonner pour l’avoir en version complète ? » Carte bancaire et la date de fin de validité Madame siouplait.

Call of Duty : Modern Warfare 2

call-of-duty-modern-warfare-2-plein-dimages-L-3En dehors du fait que ce volet est poussé les autres éditeurs à faire un épisode par an comme Ubisoft avec Assassin’s Creed. Modern Warfare 2 a popularisé une pratique des plus décriée de l’industrie vidéoludique : Les DLC, DRM & Les Pass Season. Une technique peu coûteuse et en même temps qui rapporte un maximum de recette tout en essayant de tuer le marché de l’occasion. Avec son mode multijoueurs, ce Call of Duty a ouvert la voie à ce business peu reluisant, en proposant 4 maps tous les 4 mois à 15 Euros. Les joueurs de ce mode les plus acharnés n’hésitaient pas à brandir leur sacro-sainte carte bancaire pour pouvoir se les offrir, la demande étant forte, personne n’a vraiment râlé sur le coup. Sauf à un moment donné où les contenus additionnels payants étaient directement dans le jeu de base. Affligeant de connerie par exemple, Marvel Vs Capcom 3 propose de nombreux personnages à débloquer contre des sous, mais déjà présents sur la galette de base. Assassin’s Creed 2 et Deus Ex : Human Revolution propose contre 15 Euros d’avoir l’histoire complète du jeu présent sur le Blu-ray ou même comme Prince of Persia, pourquoi ne pas vendre sa fin en kit ? Le Pass Season quant à lui est beaucoup plus violent dans sa pratique, c’est un des nouveaux gagne-pain des éditeurs. Ce « Ticket saisonnier » en bon français d’une valeur argus de 40 euros, vous permets d’obtenir tous les kits DLC à venir sur votre jeu incomplet. Pass que vous pouvez d’ailleurs précommander, histoire d’avoir enfin(!) un jeu « complet » à 100 Euros. De chez Sony en passant chez Microsoft, le Pass Season a fait un carton, The Last of us, Battlefield 3&4, Assassin’s Creed, Need for Speed, COD et autres jeux Bankables.

Un petit dernier pour la route ? « LES MOTHERFUCKING DRM », avec une écriture telle qu’un gosse de 15 ans, je sors mon clavier et joue à Super-Réac. Les DRM, cette pratique a fait sortir le côté « Mélenchon » de pas mal de joueurs, il y a vraiment de quoi. Techniquement, le vrai DRM que j’ai connu, c’était via un jeu PC de EA : Spore. Le dernier jeu de Will Wright ne pouvait s’installer que quatre fois sur votre PC, au-delà, le CD est inutilisable, quelle merveilleuse idée mes cochons. Sur console ce n’est pas arriver à ce point là, mais ça aurait pu. Les éditeurs consciencieux d’emmerder les magasins indépendants et d’occasions ont installé moult DRM-assimilé pour le multijoueur. Grosso modo, vous n’avez pas le jeu en neuf ou un pote vous l’a prêté, payez 15 Euros pour profiter des options en ligne. Pour un jeu comme Need for Speed : The run où l’intérêt est de faire le meilleur record du monde de la traversée, payez 15 euros pour le point le plus pertinent du jeu, c’est un peu si vous on vous proposait un excellent plat sorti d’une cuisine deux étoiles Michelin sans fourchette et couteau. WAT ?

A retenir

Au bout de quelques pages d’énumération de ce que le jeu vidéo console est devenu sur cette génération, je me suis moi-même auto-emmerder en écrivant toutes ces évolutions et/ou controverse. J’ai omis quelques points sur ce que le jeu vidéo est et va devenir, avec notamment le succès de Skyrim et le « Open World », chose qui a été rabâchée sans cesse par les constructeurs et éditeurs durant l’E3 ou la Gamescom. Ajoutons aussi un truc merveilleux que je n’ai pas cité par manque de temps, les QTE qui se sont multipliés en masse sur toute la génération et qui n’ont pas fini de nous faire chier avec la touche « A », n’en déplaise à Ryse. Le jeu vidéo console se dégrade t-il au fur et à mesure ? doit-on vraiment espérer que les choses changent avec les prochaines consoles de Steam ou même le PC ? Rien n’est moins sûr, ce n’est pas la plate-forme qui fait le jeu vidéo, mais bel et bien le contenu.

Koreana_

3 réponses
  1. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    Comme on dit, la grande Histoire est composée de petites histoires, et comme notre Grand Chef, je me suis gavé en lisant ton article, cher Koreana! Une belle traversée diagonale de l’histoire des avancées vidéoludiques, référencée comme j’aime!
    Je l’ai lu, comme il se doit, à sa parution, tu t’en doutes^^, mais j’avais oublié de saluer la qualité de ton article, et il fallait quand même que ça soit dit, bordel!

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *