Fin 2010, je me suis résolu à combler un grand vide dans ma culture vidéoludique. A force de lire des anecdotes à son sujet sur Internet ou dans des magazines, et d’en parler avec un ami passionné et élevé contrairement à moi à la sauce Nintendo, je me devais de vivre au moins une aventure avec Samus Aran. Et je voulais même en tester les deux facettes: 2D et 3D. Pour la première, le choix s’était porté sur Metroid Fusion sur Game Boy Advance. Complètement séduit par l’ambiance, l’héroïne et le gameplay, je me suis procuré très rapidement l’épisode Prime sur GameCube. S’il n’est pas dénué de défauts, comme ces nombreux allers-retours imposés sur cette planète Tallon IV labyrinthique et une narration en retrait, le titre de Retro Studio, le bien-nommé, m’a séduit par son gameplay hybride entre plate-forme et tir en vue subjective, ainsi que par son ambiance extraordinaire. Un grand jeu, ce sont également des moments inoubliables, et l’affrontement final et certains combats dans le confinement des tunnels et rythmés par une musique inquiétante, en font évidemment partie. Metroid Prime fait également la part belle à l’exploration, en réussissant l’exploit d’une découverte dirigée aussi bien par la contemplation que par l’action. La frégate engloutie, avec sa musique planante, est très certainement ma phase aquatique préférée, tous jeux vidéo confondus. En somme, Metroid Prime possède la chose la plus importante, à savoir l’équilibre.

Totof

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] alors pas encore eu droit à ce traitement de faveur, jusqu’à ce que Retro Studios lui offre Metroid Prime sur GameCube. Un titre majeur qui vint alors respecter et faire fructifier l’héritage de la […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *