Uncharted, que de bons moments passés de 2007 à 2011, sur une série explosive abreuvant sans cesse le joueur d’un cocktail d’actions déjantées. Fusillades, aventure, exploration, toute la recette du film pop corn fut incarnée par cette série, dont la côte de popularité fut au sommet avec le deuxième épisode. Entre temps, Naughty Dog se faisait une petite cure avec The Last Of Us et surtout une nouvelle expérience en terme de narration. C’est après ces deux périodes, l’une misant avant tout sur la puissance des scènes d’action, l’autre sur la qualité des dialogues, que le studio décida de rempiler pour une dernière virée avec la série Uncharted, en essayant de proposer un résumé de tout ce que le studio a appris ces dix dernières années. Est-ce que la pâte a pris bonne forme ? C’est ce que l’on verra dans ce test.

Un changement total de rythme…

neon_0001_large Si Uncharted proposait à la fois des scènes d’actions/fusillades et à la fois des scène d’escalade/exploration (afin de renforcer l’aspect aventure), les trois premiers épisodes viraient quand même plutôt en faveur d’un jeu d’action chevronné. Le rythme étant la plupart du temps soutenu, Naughty Dog s’efforçait de combiner coup sur coup des phases totalement délirantes à couper le souffle. Cependant, Uncharted 4 prend un tout autre virage. S’il est vrai qu’il existait déjà bel et bien des chapitres axés sur l’histoire précédemment, en particulier pour le 3e opus, cette fois-ci le curseur est poussé à fond sur la narration. Les relations entre les personnages sont beaucoup plus travaillées, que ce soit au sein des chapitres crées explicitement dans ce but, ou dans des passages classiques dans lesquels des dialogues sont diffusés ici et là afin de donner vie aux compagnons. Ainsi, de longs pans du jeu seront réservés à toute la partie scénaristique du jeu. Histoire qui est d’ailleurs une fois de plus ultra classiques mais accrocheuses, comme tout bon film Indiana Jones. Le déroulement est comme d’habitude convenu, et les retournements de situations peu nombreux/prévisibles, mais l’on ne demandait pas à Uncharted de nous offrir du Inception. C’est un jeu pop corn, après tout. Enfin, c’était.

…rendant le joueur bien plus spectateur que joueur

Car oui, la narration, si réussie soit-elle, occupe une place bien trop importante dans le jeu. Naughty Dog a en effet décidé d’allonger la durée de vie de son jeu, environ 15h, mais a en contre partie dû proposer beaucoup, beaucoup trop de scènes ennuyantes pour faire passer l’ensemble de ses dialogues. Car oui, durant les 9 premiers chapitres, ce qui représentent environ 5 heures de jeu, vous ne ferez rien, ou presque. La moitié des chapitres vous demanderont simplement d’aller à un point B sans jamais sortir votre arme. Les phases d’escalades vous pomperont tout simplement environ 80% de votre expérience de jeu. Jusqu’à en écoeurer le joueur. Certes, le jeu est magnifique (nous y reviendront plus tard) par moment, mais cela ne suffit pas à couper l’ennui du joueur face à certaines phases de jeu. S’ajoutent des flash back parfois extrêmement mal placés, dont un vous demandant pendant 30 minutes de fouiller chaque salle d’un environnement afin de trouver un objet. Le tout sans jamais changer de rythme avec de l’action, non. Vous devrez juste vous contenter d’avancer et d’appuyer sur triangle quand on vous le dira. Sachant qu’en plus ce chapitre ne brille absolument pas par son intérêt, extrêmement mesuré. Mais il fallait bien ça pour caler tous les dialogues. Les chapitres possédant de l’action ne sont pas pour autant mieux rythmés. C’est simple, on vous verra grimper pendant 20 minutes, puis vous aurez une scène d’action de 5 minutes, pour vous rendre compte que ce n’était pas le bon endroit et hop, c’est parti pour encore 20 minutes de grimpette. Chapitre terminé, temps de jeu effectif : 5 minutes. Car il ne fait pas s’y tromper, nous ne sommes pas contre les jeux narratifs. Le soucis c’est qu’Uncharted 4 n’a pas le scénario pour ce type de rythme. Et le pire, c’est que cet écueil vous poursuivra jusqu’à la fin du jeu, donc ne vous attendez pas à un dernier quart finissant en feu d’artifice, bien au contraire. Cependant, ce défaut est moins persistant sur la deuxième partie du jeu, car elle propose des environnements bien plus jolis et surtout des événements scénaristiques bien plus intéressants. S’ajoutent aussi des environnements plus ouverts, mais pour rien. Le seul intérêt d’explorer certaines zones est de trouver les trésors habituels, c’est à dire la chasse aux trophées PSN. Un agrandissement qui ne se traduit donc pas en un réel changement. Et c’est d’autant plus dommage que le gameplay de cet épisode a été grandement amélioré.

Des phases d’action déjantées.

uncharted_4_headerCar oui, dans toute cette paraisse imposée au joueur, il y a parfois, à quelques rares moments, encore des traces du Uncharted d’antan. Les phases d’action scryptées sont tout simplement bluffantes et réussies, même si la prise de risque est minimale. Les sensations de tirs ont été améliorées, même si encore inférieures à Gears of War, et les phases de jeu bien plus intéressantes qu’auparavant. Sans devenir un Splinter Cell, cet épisode propose des phases plus ouvertes pouvant être jouées en infiltration, avec en plus l’aide d’un nouvel outil : le grappin. Si ce dernier est un détail en escalade sans ajouter de réelles sensations, il est redoutable pendant les phases de tirs et d’infiltration. Vous pourrez alors jouer de plusieurs manières différentes. La jouer à l’ancienne en tirant derrière votre muret comme un bon soldat, vous déplacer à la verticale grâce au grappin et avoir donc un style de jeu tout en mouvement, ou bien tenter la patience et surprendre vos ennemis par derrière. Si vous voulez profiter à fond du jeu, il est recommandé de jouer avec le grappin offrant des possibilités intéressantes. Ou bien en infiltration, même si l’IA est totalement perfectible. Ce choix laissé au joueur est néanmoins intéressant d’autant plus qu’il se retrouve en mode multijoueur, où tous ces changements prennent réellement leur sens.

Incroyable graphiquement et un contenu à la hauteur

Uncharted-4-2On le savait, Naughty Dog sait pousser une console, et ils ne se sont encore une fois pas trompés. Si la première partie du jeu est très jolie sans pousser non plus le joueur à s’extasier, les deux tiers du jeu vous envoient dans des environnements à couper le souffle. Jeux de lumières, textures, feuillages, direction artistique, tout est parfait. C’est tout simplement le jeu le plus beau existant sur console à l’heure actuelle. Cependant cette beauté a un coût, puisque le jeu ne tourne qu’à 30 fps et n’est pas tout à fait stable. Mais comme dit plus haut, rien de dramatique vu le peu de fois où le joueur aura réellement jouer. De plus, contrairement à Uncharted 3, les environnements évoqués n’arrivent pas comme un cheveu sur la soupe, et sont dévoilés au joueur avec une certaine cohérence. La concurrence (et le studio lui même pour un prochain titre) a du boulot pour battre cet étalon graphique. Concernant le contenu, s’ajoutent aux 15h d’aventure et au mode multijoueur des bonus, permettant de refaire le jeu avec des munitions illimitées, ou bien avec des filtres de couleurs, ou encore de nombreux bonus un peu hilarants. Naughty dog n’a pas eu la main légère, et l’on sent que les reports ont permis en été faits pour proposer un jeu ultra complet.

Un multi amélioré qui profite des améliorations du solo

imagesLe mode multijoueur d’Uncharted a souvent été passé à la trappe, et pourtant dès le 1e épisode en ligne (Uncharted 2), il avait quelque chose d’intéressant à proposer. Un jeu vertical, utilisant autant la partie shoot que le combat au corps et au corps et enfin les déplacements en escalade. Pour ce dernier épisode, Naughty Dog a ajouté un dernier outil surprenant à ce gameplay, des pouvoirs/améliorations en jeu. Pendant la partie, tuer des adversaires où récupérer des trésors vous donnera de l’argent, argent qui vous servira selon vos choix et votre classe à améliorer des grenades, sortir un pouvoir tuant les gens à proximité, où appeler l’aide d’une IA qui défouraillera les joueurs à la gatling. Et dans un soucis d’équilibrage entre bons et mauvais joueurs, chaque fois que vous utiliserez un pouvoir, il vous coûtera plus cher à acheter la fois suivante. Ainsi, même un bon joueur ne pourra pas utiliser ses skill à l’infini. Cet ajout unique au mode multijoueur du jeu donne un joli coup de fouet au gameplay, qui bénéficiait déjà des améliorations du solo (sensations de tirs, grappin). Dans un soucis du détail, terminer des défis vous donnera de l’argent servant à débloquer des capacités, des personnages, des skins, des chapeaux ect, donnant un joli contenu pour les fans de frag. De plus, le tout tourne à 60 fps constamment tout en offrant une réalisation encore une fois de haute volée malgré les concessions vis à vis du solo. Si le mode multijoueur n’a pas encore assez de modes de jeu ou d’intérêt pour vivre sur le long terme, il y a moyen de passer facilement une dizaine d’heures (voire plus) dessus sans s’ennuyer. Une réussite de cet opus.

A retenir

Qu’on se le dise, Uncharted 4 n’est pas un jeu culte. Le scénario du jeu, bien que très agréable à suivre, n’est pas assez consistant en rebondissements et en suspens pour permettre de trop longues sessions de non jeu, répétitives qui plus est. Le rythme du jeu viendra à bout des plus impatients. Cependant, Uncharted 4 reste un très bon jeu et un fer de lance de la console, grâce à des scènes d’actions superbes, des décors splendides et une aventure riche et intéressante de bout en bout. S’ajoutent en plus à cette belle expérience un mode multijoueur consistant et solide, ainsi qu’une tonne de bonus solo offrant la possibilité au joueur de profiter pleinement de cet univers. A conseiller aux possesseurs de Playstation 4.

 

Informations sur le jeu

Plateforme : Playstation 4

Genre : Action Aventure

Développeurs : Naughty Dog

Éditeur : Sony

Date de sortie : 10 Mai 2016

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *