Une réécriture enchanteresse

Une prouesse d’expérience de jeu 2D sur laquelle Omar Cornut revient: “Par rapport à un autre jeu, le game et le level design, c’est juste 10% de la charge de travail. Ca aurait peut-être été plus facile de le recoder de zéro, mais on aurait perdu plein de détails et de mystères qui font le jeu. Corriger les hitboxes aurait rendu le jeu beaucoup plus difficile. Le moindre secret bizarre est dans le jeu, les mots de passe d’époque fonctionnent, on a bossé de manière obsessionnelle là-dessus.” On le comprend rapidement en jouant à Wonder Boy: The Dragon’s Trap : l’idée est de rendre hommage et de restituer l’essence du jeu originel, tout en lui offrant un lifting graphique et musical artisanal. En effet, tous les dessins sont ici faits à la main, du plus petit sprite aux bâtisses majestueuses en passant par les boules de feu et les plateformes. D’ailleurs, on peut profiter dans la galerie de sublimes artworks retraçant le travail sur le chara design, des premières idées jusqu’au résultat final. Lizardcube utilise une palette de couleurs exhaustive qui marque encore plus l’ambiance et l’identité de chaque niveau, avec une mention spéciale au dojo du daimyo, au désert et aux châteaux. Les détails ajoutés aux décors et les sublimes arrière-plans ajoutent de la profondeur et de la consistance à Monster Land, et l’on s’en rend encore plus compte quand on appuie sur la gâchette droite pour revenir aux graphismes originaux.

On peut faire de même pour retrouver les musiques 8-bits en pressant le stick droit, et il en va de même pour les bruitages emblématiques du jeu d’origine ou leur version revue et corrigée, que les développeurs ont eu le bon goût de séparer de la musique, laissant ainsi libre choix au joueur de composer sa propre expérience artistique. Mais, toujours selon Omar Cornut, “les graphismes 8-bits s’extrapolent plus facilement que les musiques” et un énorme travail de réinterprétation et de réorchestration a été effectué sur la bande son du jeu. A la guitare, au violon, à la flûte, à la contrebasse, toutes les compositions sont un pur régal pour les oreilles – et pour les yeux dans les vidéos relatives de la galerie, et certains thèmes bénéficient même de variations magnifiques. Globalement, les musiques de Wonder Boy: The Dragon’s Trap savent alterner entre fraîcheur, insouciance, naïveté, mélancolie et gravité épique. Bref, le titre bénéficie d’une ambiance propre et indémodable, avec un humour de plus renforcé par les nouveaux graphismes, un bestiaire étoffé et très sympathique, et donc des compositions musicales de haute tenue. De cette expérience magnifiée, il restera donc de bien beaux souvenirs, qui se construisent sur une durée de vie correcte lors d’un premier run (un peu moins de dix heures) et qui peuvent s’entretenir grâce à une rejouabilité reposant autant sur l’envie de découvrir les moindres secrets du soft, que sur le défi proposé par le mode Difficile et sur le pur plaisir nostalgique.

A retenir

Wonder Boy III était déjà un bijou, voire un chef-d’oeuvre de level design, et plus encore de game design. Une minutie et un amour du détail qui en font un classique décidément indémodable. Avec ce sublime remake puant la passion, bénéficiant d’un travail colossal sur l’ambiance ainsi que la réécriture graphique et musicale, et ce sans toucher à la proposition vidéoludique originale, Lizardcube offre bien plus qu’une madeleine de Proust: une expérience authentique et intemporelle dans un magnifique et nouvel écrin. Et pour en savoir plus sur la numérotation épique de cet épisode de la saga Wonder Boy, nous vous invitons à lire l’article de notre érudit Toma.

Informations sur le jeu

Plateformes : PS4, One, Switch, PC (en juin 2017)

Genres : Action-RPG-Plateforme

Développeur : Lizardcube

Éditeur : DotEmu

Date de sortie : 18 avril 2017 

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] 7 juillet 2017 0 Wonder Boy: The Dragon’s Trap 5 juillet 2017 0 Double Dragon IV […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *