x4Concernant le gameplay, exit la Monado, remplacée par un système RPG bien plus poussé que dans Xenoblade. En plus de devoir gérer vos augmentations de niveau d’équipements, arts et skills, vous aurez le choix entre plusieurs classes, qui donnent accès à des armes et arts différents. En gros, deux joueurs différents auront une expérience très différente en terme de gameplay voire de difficulté. Toutes les armes sont en plus upgradable grâce aux objets trouvés pendant la partie. De plus, un système de soul voices vous permet de choisir des augmentations de statistiques parmi plusieurs choix, vous permettant donc de vous spécialiser entre armes de poing ou armes à feu. Car votre personnage sera équipé des deux, interchangeables en combat et selon les arts que vous utilisez, vous permettant de vous éloigner d’un monstre lorsque vos points de vie diminuent, ou au contraire d’aggro (attirer dans la langue commune) un ennemi quand l’un de vos camarades est en danger. Au final, ce gameplay là est plus profond que celui de Xenoblade, car plus rapide, plus personnalisable et avec beaucoup plus de choix et de possibilités. S’ajoute à ce système la possibilité de contrôler des méchas. Ces derniers arrivent dans le dernier tiers du jeu, et s’ils sont assez jouissifs en terme de design, de sensations, et d’epicness (avoir le coeur qui vibre dans la langue de molière), ils sont en revanche très mal intégrés au jeu. Déjà, lorsque vous affrontez un boss battable qu’à l’aide de méchas, sachez que si l’un de vos méchas est détruit et que vous perdez la partie, vous ne pourrez pas recombattre de suite à partir du checkpoint. Vous devrez revenir dans votre maison pour réactiver votre robot (gratuitement), puis revenir voir le boss. C’est encore une fois une perte de temps inutile. Pire, si vous combattez dans les airs et qu’un de vos persos perd, il ne meurt pas mais tombe à l’eau, et cherchera désespéramment à vous rejoindre une fois le combat terminé. Il faudra encore une fois revenir chez vous. Pire, pour les boss en deux étapes, si vous perdez votre robot pour le perso principal au premier combat mais que vous gagez, vous aurez perdu d’avance le deuxième combat, votre mécha ne revenant pas. Encore une fois, retour à la maison. Ces incohérences vont jusqu’au boss de fin en plusieurs étapes aussi, vous interdisant de revenir en arrière. Du coup même si le jeu vous propose de baisser le niveau de difficulté après une mort, vous ne pourrez pas gagner puisque vous recommencerez le combat sans vos méchas.

54fef50d8b6ec8
En terme de gameplay, la partie RPG des méchas est bien moins poussée, et le combat est vraiment tout sauf stratégique du coup, n’ayant aucune augmentation ou vrai choix des arts à mettre puisqu’ils se font en fonction de l’équipement. De plus, une fois dans le mécha, le niveau de votre personnage n’a plus aucune incidence sur votre puissance. Enfin, les méchas vous permettant de battre des monstres de 10 niveaux de plus, vous pourrez monter du niveau 30 (qui vous aura pris 30 heures) au niveau 50 ou 55 en à peine 3 heures de temps. L’intégration des méchas dans le jeu est je trouve assez moyenne, mais n’entache pas l’aventure, arrivant vers la fin du jeu et ayant tout de même un côté assez jouissif. Concernant l’OST, elle va très certainement diviser. Pour ma part, c’est l’une des meilleures que j’ai jamais entendue, tant la prise de risque est réussie. Si celle de Xenoblade était excellente, elle était tout de même assez classique. Ici, on mélange assez justement des genres mais en gardant un certain rythme en tête. Ainsi, même le rap sur un thème assez électrique colle merveilleusement bien à l’univers mécanique du jeu. En plus d’offrir des thèmes chantés de toute beauté, le jeu propose aussi des pistes mélancoliques et des pistes épiques collant toujours à merveille à l’environnement du jeu. Concernant la durée de vie, elle dépendra de votre manière de jouer. N’ayant pas voulu tuer toute difficulté au jeu, je n’ai fait presque aucune annexe (qui sont nulles de toute façon) mais j’ai par contre pas mal exploré. J’ai terminé le jeu en 48h, sachant qu’en sur ces 48h, les missions principales (12) doivent compter pour une vingtaine d’heures, le reste étant donc surtout lié à l’exploration et aux annexes obligatoires (oui, oui). De manière générale, je pense que les joueurs mettront plutôt une soixantaine d’heures pour finir le jeu (je suis en général plus rapide que la moyenne). Pour le contenu annexe il faudra bien plus de 150 heures si vous voulez les derniers méchas extrêmement chers ou faire 100% de la carte.

Xenoblade

téléchargement

Le premier épisode de Xenoblade est sorti en été 2011 en France, après une attente insupportable de la part des fans du studio.

Déjà en 2011, alors que la Wii était techniquement dépassée depuis très longtemps, Xenoblade avait réussi un tour de force en nous plongeant dans un monde à la fois gigantesque et intéressant à parcourir. Si le level design n’était évidemment pas aussi poussé que dans sa suite, il était déjà impressionnant, grâce à des plaines à perte de vue, des lieux cachés regorgeant de secrets et nouveaux monstres en tout genre.

L’histoire avait même le mérite d’être plus poussée et d’être plus mise en avant notamment grâce à des personnages centraux plus développés et plus impliqués dans le scénario. Le système de combat était basé sur la Monado, une épée capable de lire dans le futur et d’en donner des visions au héros. Concrètement en combat, la Monado nous donnait une vision d’une attaque ennemie puissante et imminente, ainsi que de ses effets. Cela permettait à une trentaine de secondes avant l’estocade de soigner l’allié voué à mourir ou bien de tuer le monstre si jamais le joueur l’estimait possible dans le temps imparti.

La bande originale du titre a aussi été un des gros points forts du jeu, souvent préférée à celle de sa suite, car si elle ne prend pas trop de risques, elle est plus maîtrisée et vise un public plus large. Xenoblade est encore aujourd’hui un jeu encré dans les mémoires et nul doute que les fans attendront du studio qu’ils continuent dans cette voie là.

A retenir

Si le jeu est truffé de petits défauts et de passages un peu lourds ici et là, la claque artistique et sonore, couplée à une aventure extraordinaire, n’a pu que me faire adorer le jeu. Certainement une des meilleures expériences dans le genre. En revanche, le jeu demande d’être patient, surtout au début, et va donc très certainement diviser à cause de tous ces défauts qui peuvent honnêtement plomber l’expérience de pas mal de joueurs. Pour ma part, je suis passé au dessus de ça et ce fut un voyage absolument génial, avec des décrochages de mâchoires, des envies d’insulter le jeu, de la haine, de l’amour. Il n’en restera que la passion.

 

Pour résumer les points positifs et négatifs du titre :

Les plus :                                                                                                                    Les moins :
– Level design ingénieux –                                                                                     – Les 10 premières heures de jeu frustrantes
– Histoire simple mais prenante                                                                          – Ralentissements rares mais présents
– Gameplay profond                                                                                               – Quêtes annexes MMO et pas très bien écrites
– OST de folie                                                                                                           – Mechas mal intégrés à l’aventure
– De l’exploration comme jamais                                                                         – Trop de pertes de temps débiles
– Des méchas classes et jouissifs
– Du contenu à tout va
– Direction artistique dans le top du genre

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *