La technique au service de la cinématographie

Si Yakuza 3 & 4, autres épisodes sortis sur la PS3, étaient plutôt réussis techniquement, un aliasing persistant gênait l’expérience de jeu du 4e opus de la série. Yakuza 5 profite des avancées techniques de SEGA en la matière pour se refaire une beauté tout en conservant cet impeccable Facial Motion Capture qui a toujours fait sa force. Le jeu d’acteur renforce cette immersion propre à la série et la majorité des scènes est captivante. Malgré tout, on regrettera quelques chargements un peu longs, des interruptions intervenant lors des cinématiques et cette impression de vide sur les différentes maps. On aurait pu imaginer davantage de boutiques, de PNJ avec qui interagir. Le tout s’avère donc plutôt limité comparé à la taille des divers quartiers.

Shenmue : l'héritage

J’imagine qu’il est difficile de présenter un jeu que tout gamer se doit de connaître. Rappelons tout de même les faits : en 2000, un an après sa sortie au Japon, Shenmue pose ses valises en Europe. Comme vous le savez déjà, le nouveau né de Yu Suzuki, édité par SEGA, est peut-être sorti trop tôt. En effet, très (trop?) en avance sur son temps d’un point de vue technique mais également en matière d’innovation dans le milieu, Shenmue eut un accueil critique dans l’ensemble positif mais malheureusement, la licence n’a jamais atteint le nombre de ventes escompté.

shot00022

On ne s’en lasse jamais…

Une histoire de vengeance et d’honneur familial vient saupoudrer un voyage qui s’étale temporairement sur deux épisodes maîtrisés dans lesquels la sensation de liberté n’avait jamais autant prédominé. Shenmue a su séduire en proposant une aventure mêlant Street Fights, des éléments de gameplay incluant pour la première fois la version moderne ce que l’on appelle plus communément des QTE – le Quick Time Event et un système d’interaction avec les PNJ du jeu permettant de faire avancer l’enquête sur le mystérieux assassin du père de Ryo Hazuki, le héros du jeu. L’aventure de Shenmue se déroule dans un monde ouvert, plus précisément au Japon, dans la ville de Yokosuka, dans la préfecture de Kanagawa. La ville regorge de PNJ, d’interactions avec ces derniers, de possibilités de jeu. Le système d’horloge permet de vivre sa vie, de se dégoter un petit boulot, d’aller faire un tour aux bornes d’arcades, etc. Le tout se déroule dans une atmosphère typiquement ‘asiatique’, ce qui était plutôt rare à l’époque – ça l’est toujours en fait…

Inévitablement, Shenmue fut la source d’inspiration d’innombrables jeux, parmi lesquels on retrouve la série Yakuza, qui a repris énormément d’éléments qui faisaient le charme de son modèle. Alors peut-on considérer les Yakuza comme étant les héritiers spirituels de Shenmue ? Probablement.

Un quotidien de choix

yakuza-5-06

Il est possible de déclencher des ‘Battles’ avec Haruka

Comme précédemment indiqué, Yakuza 5 est un véritable mélange des genres. A la manière d’un Shenmue ou d’un GTA, il est possible de vaquer à ses propres occupations, délaissant de ce fait la mission principale. Vous pouvez, par exemple, remplir un nombre impressionnant de quêtes secondaires, souvent liées à l’occupation principale du personnage. Vivre le quotidien d’un chauffeur de Taxi grâce à Kiryu, chasser le bétail afin de nourrir tout un village sous les traits de Saejima, devenir une idole de la JPop dans les pas d’Haruka ou encore remporter des défis de baseball pour combler les dettes de Shinada. Tout autant d’activités qui pourraient vous prendre un temps fou, faisant allègrement passer la barre des cent heures de jeu, en prenant en compte la trentaine requise à l’accomplissement de la quête principale au niveau de ‘difficulté’ maximal. A cela s’ajoute bien évidemment comme toujours des activités typiquement nippones telles que le Karaoké, les salles d’arcade ou encore les ‘Hostess Clubs’, véritable marque de fabrique de la série dans lesquels vous devrez jouer à un jeu de questions/réponses afin d’améliorer votre affinité avec les hôtesses, ce qui vous permettra peut-être de les emmener en rendez-vous par la suite. Bref, vous l’aurez compris, Yakuza 5 offre une pléthore d’alternatives à l’histoire principale, proposant une variété de possibilités encore jamais atteinte dans la série.

A retenir 

Après un 4e épisode innovant et réussi, Yakuza 5 remet le couvert en n’offrant pas la possibilité de contrôler 4 personnages mais bien 5 personnages – donc Yakuza 6 = 6 personnages jouables ? – dans le but d’enrichir un scénario & un gameplay maîtrisés de bout en bout. En améliorant presque tout de ce qui faisait de Yakuza 4 un très bon jeu, Yakuza 5 relève aisément le pari risqué de proposer un contenu intéressant en réutilisant la même recette que SEGA nous sert depuis le premier épisode. Si certains pourront pester contre le manque d’initiative, des thèmes recyclés et réutilisés sous toutes leurs formes ou encore un rythme irrégulier, il faut reconnaître que la série reste scotchée sur la pente ascendante. La formule marche, il n’y a donc bien évidemment aucune raison pour SEGA & Yakuza Studio de changer cela. Alors, si vous êtes fan de la série et pas allergique à l’anglais, je vous recommande évidemment ce 5e opus. Si vous ne l’êtes pas encore, il reste très accessible, tout comme l’était le 3e, peut-être le meilleur pour se lancer si vous ne possédez plus de PS2 et que vous souhaitez comprendre l’engouement que suscite la série, notamment au Japon.

Informations sur le jeu

Plateforme : PS3

Genre : Beat’em all/J-RPG/Rythme/Action/Aventure

Développeur : Yakuza Studio

Éditeur : SEGA

Date de sortie : 08 décembre 2015 

2 réponses
  1. Le serpent
    Le serpent dit :

    Je suis littéralement scotché devant la qualité de cet article.
    A la fois passionné, informatif et analytique.
    Je te félicite en applaudissant des deux mains et des deux pieds

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *